2022 nouveaux cas de Covid-19, l’épidémie plutôt stable cette semaine

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Une légère augmentation des cas de coronavirus a été recensée entre le 25 avril et le 1er mai, selon le bilan hebdomadaire de l’Agence Régionale de Santé de ce mardi 3 mai. Mais les indicateurs sont plutôt stables par rapport à la semaine dernière.

Les indicateurs du Covid-19 augmentent de façon très modérée cette semaine avec 2022 nouveaux cas de coronavirus (contre 1895 nouveaux cas la semaine précédente) entre le 25 avril et le 1er mai, selon le bilan hebdomadaire de l’Agence régionale de santé de ce mardi 3 mai.

Les nouveaux cas enregistrés cette semaine portent à 155534, le nombre de cas depuis le début de l’épidémie (153 253 la semaine précédente). Le nombre de tests diminue : 11628 contre il y a 7 jours. 

Le taux d’incidence augmente légèrement pour la deuxième fois depuis 6 semaines avec 564 nouveaux cas. Il était de 528 cas pour 100 000 habitants, la semaine dernière. Il reste supérieur au seuil d’alerte (50 pour 100 000) depuis 41 semaines. 

Le taux de positivité continue de remonter, quant à lui, pour la quatrième semaine consécutive, avec 17,4%. Il était de 16,5% la semaine dernière. Il est au-dessus du seuil d’alerte (10%).

Une situation globalement stable

Le nombre d’hospitalisations reste stable cette semaine : 19 contre 17 il y a une semaine, dont 3 en soins critiques.

Le nombre de décès passe à 929 victimes du coronavirus (3 de plus cette semaine). 

À ce stade selon l’ARS, 143 193 personnes de 12 ans et plus disposent d’un schéma vaccinal complet (46,8%) et 87 950 ont reçu une dose de rappel (1er rappel), soit 27,8% de la population.

« Dans la suite d’une légère hausse des indicateurs virologiques observée en semaine dans la semaine du 18 au 24 avril, principalement liée aux festivités des vacances de Pâques, la circulation du virus était toujours active en Martinique. Cependant, la situation épidémiologique était relativement stable la semaine dernière », note l’Agence Régionale de Santé.

« Le taux d’incidence ainsi que le taux de positivité étaient globalement stables dans un contexte de recours au dépistage en légère diminution. La classe d’âge qui enregistrait le taux d’incidence le plus élevé est celle des 15-44 ans. L’ensemble des indicateurs hospitaliers témoignaient de la stabilité de la situation épidémiologique ».