36 millions d’euros pour le plan sargasses II

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Avec du retard, le gouvernement vient enfin d’adopter le second plan interministériel sargasses pour la période 2022-2025. Il est doté de près de 36 millions d’euros pour 4 ans, soit une augmentation de près de 30 % des financements de l’Etat. 

Le plan national sargasses, destiné à pérenniser l’appui de l’Etat aux collectivités locales, prévoit 26 mesures pour mieux connaître, prévenir et lutter contre ce phénomène naturel. Il a été présenté ce jeudi 17 mars, par le ministère des Outre-Mer

Il constitue un socle de priorités, de financements et de principes de gestion des sargasses, qui fera l’objet d’une déclinaison territoriale et opérationnelle avec les collectivités, en cours de concertation locale, dans les territoires les plus concernés (Martinique, Guadeloupe et Iles du Nord). Il permettra de mobiliser 3 millions d’euros, incluant des financements internationaux, pour la recherche amont consacrée à la compréhension et la prédiction de la prolifération des algues sargasses, et 3 millions d’euros pour des actions de recherche appliquée, en matière de valorisation des algues collectées notamment.  

 

Plus 75% de crédits vers les collectivités

” Les crédits nationaux, principalement gérés par les préfets et les agences régionales de santé, permettront d’appuyer les collectivités dans la durée, en particulier pour prendre en charge le ramassage des algues en mer comme à terre, et assurer leur transport et leur stockage. Les crédits à destination des collectivités ont ainsi été augmentés de 75 % dans ce second plan, et le taux de subvention porté à 50% pour les actions qui étaient auparavant financées à 30% “, indique le gouvernement. 

Ce plan, attendu de longue date, fait suite au premier plan national de prévention et de lutte contre les sargasses, lancé par l’État en octobre 2018. En octobre 2019, une conférence internationale a été organisée sous l’égide du Premier ministre, notamment pour mobiliser la recherche des différents pays concernés. 

Le phénomène d’échouages des algues sargasses sur le littoral des Antilles et de la Guyane, observé depuis les années 2010, est un phénomène aux conséquences négatives très importantes, en matière sanitaire et environnementale ainsi que pour l’économie des îles concernées, notamment sur le secteur touristique. Il gagne au fil des années en nombre d’échouements et en intensité.