A Londres, un dernier week-end pour s’incliner…

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Le dernier week-end pour se recueillir devant le cercueil d’Elizabeth II: la queue promet d’être très longue encore samedi jusqu’à Westminster Hall à Londres, où la souveraine repose jusqu’à ses funérailles auxquelles doivent assister lundi des centaines de dirigeants du monde entier et de têtes couronnées.

La mort d’Elizabeth II, très populaire après plus de 70 ans de règne, a suscité une immense émotion au Royaume-Uni. La file d’attente pour voir son cercueil s’étirait vendredi soir sur des kilomètres le long de la Tamise et l’attente était estimée à plus de 22 heures par le gouvernement, avant une nuit froide.

Quelque 750.000 personnes pourraient faire la queue pour voir le cercueil de la reine, selon les responsables des transports londoniens. Le public a jusqu’à lundi matin 06H30 (05H30GMT) pour rendre un dernier hommage à la souveraine.

Grand moment vendredi soir, “la veillée des princes”: les quatre enfants d’Elizabeth II – Charles, Anne, Andrew et Edward – sont venus veiller le cercueil de leur mère, comme ils l’avaient déjà fait à Edimbourg.

Tous les quatre en uniforme militaire, dos au cercueil, ils se sont recueillis, la tête baissée, pendant un petit quart d’heure, alors que le public continuait de défiler dans Westminster Hall.

Pour l’occasion, Andrew, privé de la plupart de ses titres militaires à la suite d’un scandale sexuel, a été autorisé à porter l’uniforme.

Les huit petits-enfants de la reine doivent également venir se recueillir samedi soir.

Vendredi, c’est l’ex-footballeur star David Beckham qui s’était glissé dans la foule pour s’incliner, visiblement ému, devant le cercueil de la monarque, décédée le 8 septembre dans son château de Balmoral en Ecosse.

“Nous sommes tous là pour dire merci à Sa Majesté d’avoir été si gentille, attentionnée, réconfortante à travers les années”, a-t-il dit à sa sortie.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern s’est elle aussi rendue, toute de noir vêtue, à Westminster Hall, devant le cercueil drapé de l’étendard royal et orné de la couronne impériale.

Samedi, les représentants des 14 royaumes du Commonwealth devraient aussi s’y recueillir.

– Plus grand que les JO –

Lundi matin, une procession accompagnera le cercueil jusqu’à l’Abbaye de Westminster où se tiendront les funérailles, à 10H00GMT. Il s’agit des premières funérailles d’Etat depuis celles de Winston Churchill en 1965.

Quelque 2.000 invités, dont plusieurs centaines de dirigeants du monde entier, de têtes couronnées, mais aussi d’anonymes décorés pour leur engagement associatif, assisteront à la cérémonie.

Le président américain Joe Biden, la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen, l’empereur du Japon, ou encore le président français Emmanuel Macron sont attendus.

Ce sera le plus grand événement jamais encadré par la police londonienne, a-t-elle indiqué. Plus grand encore que les jeux Olympiques qui avaient eu lieu à Londres en 2012.

La Première ministre britannique, la conservatrice Liz Truss, au pouvoir depuis une dizaine de jours, doit rencontrer plusieurs dirigeants en amont des funérailles, parmi lesquels Joe Biden, le chef du gouvernement irlandais Micheal Martin, le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Elle s’entretiendra également avec son homologue australien Anthony Albanese et avec Jacinda Ardern.

Dimanche après-midi, Charles III, devenu roi à 73 ans, accueillera les chefs d’Etat à Buckingham Palace.

Le roi a achevé vendredi au Pays de Galles sa tournée dans les quatre nations constitutives du Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Irlande du Nord et Pays de Galles).

Après une dernière procession, Elizabeth II sera inhumée dans l’intimité lundi dans la chapelle Saint-Georges au château de Windsor, à l’ouest de Londres, auprès de son père le roi George VI et de son époux le prince Philip.