A Pékin, von der Leyen veut aborder

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est dite jeudi “satisfaite” d’être tombée d’accord avec le président chinois Xi Jinping sur la nécessité de relations commerciales plus équilibrées entre l’Union européenne et la Chine, à l’occasion de leur premier sommet en face-à-face en plus de quatre ans.

“Je suis très satisfaite d’avoir convenu avec le président Xi que les relations commerciales devraient être équilibrées entre nous,” a déclaré Mme von der Leyen à la presse à l’issue du sommet. 

Auparavant, Mme von der Leyen avait souligné que la Chine était “le plus important partenaire commercial de l’UE”, tout en faisant état de “déséquilibres et différends que nous devons traiter”.

Le président Xi Jinping avait quant à lui appelé à “répondre ensemble aux défis mondiaux et travailler ensemble pour promouvoir la stabilité et la prospérité dans le monde”, lors de sa rencontre avec Mme von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel.

De son côté, Charles Michel avait assuré que l’UE souhaitait “une relation stable et mutuellement profitable avec la Chine”. Mais “très naturellement, nous allons promouvoir aujourd’hui nos valeurs européennes y compris les droits humains et la démocratie”, a-t-il assuré.

Le sommet s’est tenu à un moment de reprise des échanges diplomatiques entre Bruxelles et Pékin, au sortir de la pandémie de Covid-19 qui avait isolé la Chine du reste du monde.

Plusieurs commissaires européens se sont ces derniers mois rendus dans le pays pour renouer le dialogue.

“Rééquilibrage”

Mais les motifs de division restent nombreux entre l’UE et son premier partenaire économique, qu’il s’agisse de l’important déficit commercial ou encore de la guerre en Ukraine, deux sujets au coeur des discussions jeudi.

Le déficit commercial de l’Union européenne avec la Chine a doublé en deux ans pour atteindre le chiffre record de 390 milliards d’euros en 2022, selon Mme von der Leyen.

L’objectif de la Chine lors de ce sommet est de “protéger son image d’acteur mondial et de rassurer les acteurs européens sur l’orientation que prend l’économie chinoise”, estime Grzegorz Stec, un analyste du groupe de réflexion sur la Chine Merics.

Mais quelques jours seulement avant le sommet, Pékin a appris une mauvaise nouvelle, avec le retrait de l’Italie des Nouvelles Routes de la soie, a indiqué à l’AFP une source au sein du gouvernement de Giorgia Meloni.

Ce vaste projet d’infrastructures est critiqué par ses opposants, qui y voient un cheval de Troie destiné à conférer à la Chine une influence politique. En réaction, Pékin a fustigé jeudi le “dénigrement” de son projet, lancé en 2013 sous l’impulsion de Xi Jinping.

“Aucune confiance”

La guerre entre Israël et le Hamas et l’offensive russe en Ukraine ont aussi été à l’ordre du jour du sommet.

“Nous aimerions que la Chine soit plus ferme”, a dit Charles Michel, exhortant Pékin “à condamner cette guerre provoquée par la Russie contre l’Ukraine”.

“Nous avons clairement indiqué depuis le début de la guerre que la manière dont la Chine se positionnerait face à l’agression russe contre l’Ukraine (…) définira également notre relation”, a souligné pour sa part Mme von der Leyen.

Pékin a régulièrement été critiqué par les Occidentaux sur le dossier ukrainien. 

Car si la Chine appelle au respect de l’intégrité territoriale de tous les pays, sous-entendu Ukraine comprise, elle n’a jamais condamné publiquement Moscou pour son invasion du pays en février 2022.

En octobre, le président russe Vladimir Poutine a également été accueilli à Pékin par M. Xi qui a salué leur “profonde amitié”.

S’adressant aux journalistes jeudi soir, un responsable du ministère chinois des Affaires étrangères a laissé entendre que Pékin ne serait pas en mesure d’influencer Moscou.

“Le président Poutine prend sa décision en fonction de son propre intérêt national et de sa sécurité”, a déclaré Wang Lutong, directeur général du département européen du ministère chinois des Affaires étrangères.

Quant aux tensions autour de l’île autonome de Taïwan, Charles Michel a déclaré à la presse après avoir rencontré des responsables chinois: “Nous sommes préoccupés par les tensions croissantes dans le détroit de Taïwan et en mer de Chine méridionale”.

“Je veux croire que la Chine est pleinement consciente des graves conséquences de toute escalade dans cette région”, a-t-il ajouté.

Sur fond de négociations sur le changement climatique à Dubaï pour la COP28, les dirigeants européens entendent aussi pousser la Chine, premier producteur mondial de gaz à effet de serre, à redoubler d’efforts pour le climat.

Mme Von der Leyen a déclaré aux journalistes que les démarches de la Chine étaient “exceptionnelles” dans le déploiement des énergies renouvelables et a salué le soutien de Pékin aux efforts mondiaux visant à réduire les émissions polluantes.

Elle a néanmoins ajouté avoir dit à ses homologues chinois que les 27 étaient “très inquiets du déploiement croissant de centrales électriques au charbon en Chine”.

Enfin, les dirigeants européens devaient évoquer le dossier des voitures électriques produites en Chine, visées par une enquête de la Commission européenne sur des subventions jugées illégales.

pfc-rr-ka/cn/am 

L’UE veut “une relation stable et mutuellement profitable avec la Chine”

Photo diffusée par le service de presse du Conseil européen, le 7 décembre 2023, montrant le président chinois Xi Jinping (d) et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d’un sommet UE-Chine, à Pékin
• Dario Pignatelli

Michel et von der Leyen rencontrent Xi Jinping lors d’un sommet à Pékin

Carte des “Nouvelles routes de la soie”, gigantesque projet chinois d’infrastructures routières, ferroviaires et portuaires couvrant 65 pays
• Laurence CHU