Accident sur le périphérique parisien :  une mère et ses trois enfants tués

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Une mère et ses trois enfants, originaires du Marigot, et un Lamentinois, ont été tués le dimanche 8 septembre 1985 dans un accident de voiture survenu sur le périphérique parisien.

Le jeudi 19 septembre 1985, peu après 16h, quatre
cercueils étaient alignés devant l’autel de l’église du Marigot.
Celle-ci était trop petite pour accueillir une rare foule dont une
partie a dû se contenter de rester sur le parvis pour assister à la
cérémonie funèbre. L’émotion était immense autour d’une famille du
quartier de Dominante. C’est à la mairie que la veillée avait eu
lieu. C’est de là que le cortège est parti pour se rendre à
l’église. De nombreux jeunes portaient gerbes et couronnes, venues
de toute la Martinique et de la région parisienne où cette famille
avait su tisser de nombreux liens d’amitié.

Le Marigot pleurait Jeannette Grosdésir, 32 ans,
et ses trois enfants, Marie-Marthe, 14 ans, David, 13 ans, et
Willy, 11 ans, tués dans un accident de voiture survenu onze jours
plus tôt sur le périphérique parisien, porte de Bagnolet, dans le
20e arrondissement de Paris, au niveau de l’échangeur reliant
l’autoroute A3 au périphérique.

Ce dimanche 8 septembre 1985, il est un peu plus
de 6 heures du matin. Dans une Alfa-Roméo, coupée deux portes, ont
pris place Jeannette Grosdésir et ses trois enfants. Au volant du
véhicule se trouve Joël Amalis, 32 ans, un Martiniquais lui aussi,
originaire du Lamentin.

Après un soir de baptême

Tout ce petit monde revient d’un baptême dont la
fête a duré toute la nuit. Les enquêteurs de la 4e Divison de la
Police Judiciaire diront que la voiture roulait à grande vitesse.
Pour une raison qui reste encore floue à ce jour, l’Alfa-Roméo va
heurter la glissière de sécurité du périphérique, la défoncer, et
percuter de plein fouet un lampadaire. En quelques secondes, cinq
vies vont basculer. 

Du véhicule dont l’avant est complètement broyé,
les sapeurs-pompiers vont retirer, après une heure d’efforts,
quatre corps sans vie. Ses occupants ont été tués sur le coup.

Le dernier de la famille, W