Attal rend hommage à Arras aux victimes du terrorisme

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le Premier ministre Gabriel Attal rend hommage lundi à Arras aux victimes du terrorisme, à l’occasion de la journée annuelle qui leur est dédiée, dans la ville où un enseignant, Dominique Bernard, a été tué il y a cinq mois par un ancien élève radicalisé.

C’est la première fois que cette cérémonie a lieu hors de Paris. Emmanuel Macron préside d’habitude cet hommage aux Invalides, où a été érigée une statue de bronze symbolisant la parole des victimes qui perdure même après leur mort.

Le chef du gouvernement et ancien ministre de l’Education nationale a souhaité délocaliser cette cérémonie en hommage au professeur de français Dominique Bernard, poignardé à mort le 13 octobre 2023 devant son établissement, le collège-lycée Gambetta à Arras, par un ancien élève âgé de 20 ans et fiché pour radicalisation islamiste.

Ce drame est survenu trois ans après l’assassinat d’un autre enseignant, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty, décapité près de son collège dans les Yvelines le 16 octobre 2020 après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors de cours sur la liberté d’expression.

A son arrivée, Gabriel Attal se rendra dans l’établissement, qui restera ouvert lundi, pour échanger avec des élèves puis des enseignants, et leur renouveler le “soutien de la Nation” cinq mois après le drame.

“Education touchée”

Il remettra les insignes de la Légion d’honneur aux cinq personnes de l’établissement qui sont intervenues à l’époque. Ils ont été faits chevaliers dans la promotion de la Légion d’honneur du 1er janvier, ainsi que six policiers.

Le Premier ministre présidera ensuite la cérémonie officielle à la citadelle d’Arras, où quelque 600 personnes ont été invitées. Elèves et enseignants des deux établissements touchés liront des textes et un geste mémoriel est prévu après le discours de Gabriel Attal, qui déjeunera ensuite avec les élus et représentants des associations de victimes.

A la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes (DIAV), on explique que l’organisation de la cérémonie en dehors de Paris est “une demande assez ancienne de la part des associations” qui sont aussi “très attachées” à ce qu’elle se tienne “dans un lieu où l’éducation a été touchée”.

Plusieurs associations ont toutefois déploré n’avoir pas été associées au choix du lieu.

Cette journée d’hommage a une dimension européenne puisqu’elle se tient à la date anniversaire des attentats du 11 mars 2004 à Madrid (192 morts), il y a 20 ans cette année.

L’an dernier, le président Emmanuel Macron avait salué la “dignité” et l’exigence de “vérité” et d'”humanité” qui ont marqué les procès des attentats de la décennie passée en France, notamment ceux de Nice et du 13 novembre 2015.

Inondations

Après la cérémonie, Gabriel Attal restera dans le Pas-de-Calais pour se rendre auprès des sinistrés des inondations, comme il l’a déjà fait à deux reprises depuis son arrivée à Matignon.

Il ira visiter une habitation touchée à Saint-Etienne-Au-Mont avant d’assister à La Caloterie à une présentation des travaux d’urgence réalisés et d’échanger à Montreuil-Sur-Mer avec les acteurs du territoire sur le plan de résilience.

De violentes intempéries ont aussi touché dimanche le sud-est de la France, où les corps sans vie de trois victimes ont été retrouvés dans le Gard, alors que des centaines de secouristes recherchent toujours quatre autres personnes, dont deux enfants d’une même famille.

Ces personnes ont été emportées en tentant de traverser en voiture des ponts sur des cours d’eau en crue.

“La Nation se tient solidaire”, a réagi sur le réseau social X Gabriel Attal, remerciant “vivement” les “forces de secours (…) sur le pont et mobilisées”.

are-bj/bpa/swi/lpa

Des fleurs déposées à l’extérieur du lycée Gambetta pour le professeur de français Dominique Bernard, décédé dans une attaque au couteau le 13 octobre, à Arras
• Denis Charlet

Des sauveteurs en bateau sur le Gardon pour rechercher des personnes disparues, le 10 mars 2024 à Russan, dans le Gard
• CLEMENT MAHOUDEAU