Au Gosier, la commune doit verser une somme aux membres du RUG

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Rédaction web

Les demandes de la commune du Gosier, qui souhaitaient l’expulsion autour du chantier du gymnase de six militants du Rassemblement unitaire gosérien (RUG), n’ont pas été prises en compte par le juge des référés, ce vendredi (22 mars). 

Pour rappel, la future infrastructure Rudy Gobert, qui est en train d’être construite sur le plateau Saint-Germain, en lieu et place de l’ancienne école maternelle et du terrain de basketball au Gosier, ne finit pas de faire des mécontents.C’est dans ce cadre que des militants avaient en effet bloqué l’accès au site, à l’aide de pneus et de palettes.

A lire aussi

La commune condamnée

En ce sens, le mercredi 13 mars, la commune du Gosier a demandé à la justice d’ordonner l’expulsion, autour du chantier du gymnase, de six militants du Rassemblement unitaire gosérien (RUG). Une demande assortie d’une astreinte de 2000 € par jour et par infraction constatée d’heure en heure et de 10 000 €.

Cependant, le tribunal a tranché. Selon ce dernier, la municipalité ne rapporte pas la preuve de l’existence d’une entrave empêchant l’accès au chantier et aux rues adjacentes du site.

En bref, les photos contenues dans le rapport ne permettent pas d’identifier les militants du RUG comme étant “les responsables ayant participé au dépôt des palettes et des pneus”.

Ce vendredi (22 mars), le juge des référés a donc débouté la commune de l’ensemble de ses demandes et a condamné cette dernière à verser aux membres du RUG la somme de 2 000 €.