Au Prêcheur, des électeurs préoccupés par ” l’avenir que l’on laissera à nos enfants “

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

En 2017, au Prêcheur, Marine Le Pen était arrivée en tête au premier tour de la présidentielle. Cinq ans après, nous nous sommes rendus dans la petite cité du Nord Caraïbe qui attendait aux urnes, samedi, 14 448 électeurs. Certains d’entre eux expriment cette forme de « nécessité absolue »à voter face à des temps incertains.

Guy repart d’un pas déterminé, sa carte d’électeur à la main, vers le bureau de vote où il est effectivement inscrit. Il ne s’agit donc pas du premier, sis sur le parking, à l’arrière de la mairie, et dans lequel il s’est rendu dans un premier temps, mais bien du deuxième, à quelques dizaines de mètres de là, ” dans l’ancienne école, derrière le bureau de poste. ” Il est 10 heures, en ce samedi d’élection présidentielle, et le Prêchotin s’apprête à honorer son ” devoir citoyen ” en shorts et basket converse. Lunettes rondes sur la tête, ” il sait déjà pour qui il va voter “, avance-t-il avec assurance. ” J’ai d’abord hésité à venir aujourd’hui, je pensais tout miser sur le second tour. Et puis, ma compagne m’a convaincu de mettre mon bulletin dans l’urne, dès ce premier tour. ” 

Au Prêcheur, lors du 1er tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen était arrivée en tête. – Céline Guiral

Au total, la cité préchotine attendait aux urnes 1 448 votants en ce samedi d’élection présidentielle et qui, pour mémoire, avait placé Marine le Pen en tête du premier tour de scrutin, en 2017. ” Ah oui, ça avait d’ailleurs fait beaucoup parler “, se remémore Guy. Dans la foulée de cet électeur, Anthony, 78 ans, quitte d’un pas paisible la mairie où il vient d’exprimer son choix. ” Je suis français, j’ai le droit de voter, alors je le fais “, explique de sa voix  quelque peu érayée le Préchotin, casquette noire sur la tête. ” Voter, c’est pour le pèp “, ajoute-t-il en mêlant français et créole. ” Il faut savoir s’impliquer dans ce qui se fait pour le pays. Il faut que les jeunes comprennent que la vie est de plus en plus dure “, assène d’un grave le septuagénaire. Avant de reprendre : ” Je suis né en 1943, avant la guerre. J’ai déjà vu “devant derrière”. Alors il faut tenir, il faut exprimer son opinion, pour tous ces enfants qui viennent derrière “, conclut-il en nous quittant.

Guy met un point d’honneur à s’exprimer par les urnes. – Céline Guiral

Cette inquiétude de l’avenir, Jean et Lise l’expriment eux aussi. Venus en couple (” depuis 50 ans ! “), les deux Préchotins mettent un point d’honneur à glisser leur bulletin dans l’urne et ce, ” à chaque élection “. ” Au vu des actualités et tout ce qu’il se passe, je pense que nous avons plus que jamais notre mot à dire “, tranche Jean. ” Et ça passe bien évidemment par le choix d’un candidat. ” Précisant ” que s’abstenir n’est vraiment pas la meilleure idée dans ce contexte. ” A ses côtés, parmi les enjeux qui ont compté dans son choix d’un candidat, Lise évoque ” le conflit en Ukraine, la sécurité ou encore le pouvoir d’achat. ” ” Nous sommes parents et grands-parents et nous sommes forcément inquiets du monde que l’on va leur laisser “, exprime la Préchotine qui a vécu de longues années en Métropole avec son mari avant de rentrer au péyi. Et puis elle rappelle avec justesse ” ce combat que des femmes ont longtemps mené pour obtenir ce droit (de vote) ” et qu’il convient ” de faire vivre aujourd’hui. “

Jean et Lise sont venus voter en couple, samedi matin. Pour cette dernière, il serait inconcevable, en tant que femme, de s’abstenir après le combat mené par tant d’entre elles pour obtenir ce droit, en France. – Céline Guiral

” Les gens veulent le changement mais ils s’abstiennent !”

Jean-Claude, qui habite Fort-de-France, n’a pas non plus hésité très longtemps ce samedi matin à sauter dans son véhicule pour venir voter au Prêcheur, ” où il est toujours inscrit “. ” Bien sûr qu’il faut exercer ce droit. Sans compter que ce sont toujours ceux qui s’abstiennent qui se mettent à critiquer le choix des autres “, grommelle-t-il derrière son masque. ” Les gens veulent le changement mais ils s’abstiennent ! Il faut savoir ce que l’on veut “, fait-il remarquer.

Jean-Claude, qui réside à Fort-de-France, s’est rendu au Prêcheur pour voter. – Céline Guiral

Concernant ce fort taux d’abstention attendu, en Martinique, pour ce premier tout de la présidentielle 2022, Charles Cyrille, adjoint municipal et président du bureau de vote numéro un voulait, samedi à la mi-journée, garder espoir. ” Il y a une bonne dynamique depuis ce matin. Et puis nous avons remarqué que, traditionnellement, lorsque nous votons le samedi, l’affluence est importante également tout au long de l’après-midi, après que les gens ont fait leurs courses et autres activités en matinée. ” Ce que confirme, à Saint-Pierre, Christian Rapha, le maire de la commune qui observait avec satisfaction, samedi, lors de la pause méridienne, ” une participation proche de 20 % à 25 % en moyenne dans les six bureaux de vote que compte la commune. ” Guy, l’électeur prêchotin, faisant remarquer que ” les Antillais sont un peu comme cela, nous attendons de voir un peu la tendance de la journée pour se rendre aux urnes. ” Les résultats de cette journée de votation seront, eux, connus, pour la Martinique, comme au national, à 14 heures (local), ce dimanche.

Dans le bureau de vote installé derrière la mairie, au Prêcheur, samedi matin. – Céline Guiral
Charles Cyrille, conseiller municipal et président du bureau de vote n°1 au Prêcheur. – Céline Guiral