Benny Tai : le juriste respecté accusé de subversion par les autorités de Hong Kong

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Autrefois expert réputé en droit constitutionnel, décoré par le gouvernement de Hong Kong, Benny Tai est désormais considéré par les autorités comme le “cerveau” derrière les récentes contestations et accusé de “subversion”.

Juriste et professeur de droit, Benny Tai, 59 ans, avait reçu en 2001 la médaille d’honneur de la ville pour ses travaux sur la Loi fondamentale, la mini-constitution de Hong Kong qui régit l’ancienne colonie britannique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Plus de 20 ans plus tard, sa médaille lui a été retiré et les procureurs accusent ce militant prodémocratie d’être le “cerveau et l’instigateur” d’une tentative de “subversion” des institutions de la ville.

Avec 13 autres militants, il a été reconnu coupable jeudi, et encourt la réclusion à perpétuité, dans le plus important procès de ce type depuis que Pékin a introduit à Hong Kong une loi de sécurité nationale. Celle-ci a muselé toute dissidence après d’importantes manifestations prodémocratie, parfois violentes, en 2019.

Benny Tai avait plaidé coupable deux ans plus tôt. Il a figuré en bonne place tout au long des 300 pages de jugement publiées jeudi, qui détaillent son plan pour mettre au point “une +arme constitutionnelle de destruction massive+”, afin de “déstabiliser le système politique existant”.

Sa peine doit être prononcée plus tard dans l’année.

Les autorités ont réprimé les manifestations, qui réclamaient notamment plus d’autonomie vis-à-vis de Pékin.

“Un pays, deux systèmes”

Benny Tai était parvenu à unir les groupes prodémocratie disparates de Hong Kong en une coalition, dans le but d’obtenir une majorité législative.

Cette coalition aurait alors tenté, selon les procureurs, d’empêcher l’adoption du gouvernement par veto, de faire pression pour obtenir la démission du chef de l’exécutif et de forcer ce dernier à accéder aux demandes formulées par les manifestants en 2019.

Benny Tai a étudié le droit à l’université de Hong Kong à une époque où la Chine et le Royaume-Uni entraient en phase finale de négociations pour la rétrocession de la ville.

Sa thèse portait sur le cadre politique promis par Pékin, “un pays, deux systèmes”, qui permettait à Hong Kong de conserver une économie capitaliste, ainsi que des libertés individuelles dans le cadre d’un Etat de droit.

Benny Tai a assisté Martin Lee, le créateur du Parti démocratique de Hong Kong, dans la rédaction de la Loi fondamentale, avant de poursuivre ses études à Londres.

Pendant plus de deux décennies après son retour à Hong Kong, il a été un universitaire respecté, qui siégeait au comité d’éducation civique du gouvernement local.

“Nature antidémocratique”

Il a peu à peu basculé dans l’opposition, devenant même le fer de lance du mouvement “Occupy Central” en 2014, quand des centaines de milliers de Hongkongais avaient organisé une manifestation pacifique de 79 jours dans le quartier central des affaires de la ville, dénonçant la limitation du suffrage universel.

“Je n’abandonnerai jamais et je vais continuer à œuvrer pour la démocratie à Hong Kong”, avait affirmé Benny Tai devant le tribunal, lorsqu’il avait été condamné pour nuisance publique en 2019.

Avant d’être libéré sous caution en août 2019, après une victoire écrasante de ses partisans aux élections pour les conseils de districts.

“Les élections (…) ne peuvent changer la nature antidémocratique du système politique, mais elles peuvent ralentir la chute de Hong Kong dans un régime autoritaire à part entière”, a-t-il écrit dans un livre intitulé “Amour et paix : le voyage inachevé de la résistance”.

La plupart des dirigeants du mouvement prodémocratie à Hong Kong sont aujourd’hui sous les verrous ou ont quitté la ville.

“Les tours et les détours de son parcours sont un symbole du destin de Hong Kong et des souffrances de la ville”, a expliqué à l’AFP Ho Chi-kwan, une responsable féministe qui vit maintenant à Taïwan.

su/ssy/dhc/dhw/sco/egn/thm