Ça tangue de nouveau au SMGEAG

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Ce mardi 19 mars 2024, les agents du SMGEAG ont débrayé une nouvelle fois. Ils s’interrogent sur la viabilité de l’organisation du syndicat et demandent des précisions sur son organigramme.  

La roue du mécontentement et des interrogations semble tourner sans fin au SMGEAG. Les agents de la structure ont débrayé ce mardi matin afin de rencontrer la direction et évoquer, entre autres, des points d’organisation. Le rôle et les décisions des assistants techniques (AT) posent problème selon eux.

Des missions obscures

Les assistants techniques sont des agents spécialisés mis à disposition par l’État afin d’épauler les agents du SMGEAG dans leurs missions. Mais les contours de cet accompagnement sont flous selon les agents.

“Cela fait plus d’un an que nous avons demandé au préfet la fiche de poste, le CV ou la fiche de mission des assistants techniques. Nous l’avons demandé à l’État parce que nous sommes restés sans nouvelles de la direction. Ce n’est que la menace du préavis de grève qui a déclenché, l’envoi, il y a quelques jours.” expose Michel Letapin, délégué syndical de l’UNSa. 

Cette demande repose sur la multiplication des tensions entre les AT et les agents du SMGEAG. Au lieu d’assistance, ils ont l’impression que leurs directives se superposent directement à celles de la direction, créent parfois de fortes tensions.

De mauvais choix ?

L’autre nœud entre les AT et les agents repose sur les choix des sociétés amenées à réaliser les travaux sur le réseau d’eau et d’assainissement. 

“Nous avons remarqué que les entreprises choisies pour réaliser les travaux utilisaient des matériaux qui ne tenaient pas et qui provoquaient des fuites. C’est un problème car les agents sont soumis à de fortes pressions. Ils se font alpaguer par la population et les associations, parfois à raison, mais c’est ajouter de la tension inutile” conclut Michel Letapin. “C’est aussi pour cela que les agents ont demandé à voir les CV et les fiches de missions parce qu’ils trouvent que certains choix dénotent d’un manque de connaissance du domaine.” 

Désormais, les agents veulent avoir affaire directement avec le préfet et le président du SMGEAG Jean-Louis Francisque afin d’évoquer l’ensemble des points de leur plateforme de négociation. Pour l’heure, les rencontres successives n’ont pas donné d’avancée majeure et la communication avec la direction du syndicat reste très compliquée.

Les agents attendent des réponses de la direction
• A.C.