Cannabis: la légalisation reste une exception dans le monde

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La légalisation du cannabis pour un usage récréatif personnel, comme c’est le cas en Allemagne depuis lundi, demeure une exception dans le monde. 

Dans l’Union européenne, Malte a été le premier pays à suivre ce chemin, suivi par le Luxembourg puis désormais l’Allemagne.

Ailleurs dans le monde, Uruguay et Canada constituent de rares exemples de pays ayant légalisé la marijuana.

L’autorisation de cette plante psychotrope pour un usage médical est beaucoup plus répandue: c’est actuellement le cas dans une cinquantaine de pays.

Malte, pionnier européen

Malte a été le premier pays européen à légaliser culture et consommation de marijuana dans la sphère privée. La loi adoptée en décembre 2021 autorise la possession de sept grammes de cannabis et la culture de quatre pieds. Demeurent proscrites la consommation en public ou devant un mineur.

Luxembourg et Allemagne suivent

Au Luxembourg, depuis juillet 2023, la loi autorise la culture de cannabis dans la limite de quatre plants par foyer. La consommation personnelle dans la sphère privée est autorisée.

En Allemagne, à partir du 1er avril, il devient permis pour les plus de 18 ans d’acheter du cannabis, jusqu’à 25 grammes par jour maximum par le biais d’associations à but non lucratif. Il est également possible de cultiver jusqu’à trois plants pour usage personnel.

Tolérance et dépénalisation aux Pays-Bas, Espagne, Portugal, Géorgie

Contrairement aux idées reçues, vente et consommation de haschich et herbe ne sont pas légales aux Pays-Bas mais tolérée et réglementées, notamment à travers les “coffeeshops”. 

Une expérimentation a démarré fin 2023 dans deux villes néerlandaises pour instaurer un circuit légal de culture et d’approvisionnement de cannabis pour les coffeeshops qui, jusqu’à présent, se fournissaient clandestinement.

En Espagne, la production pour la consommation personnelle est tolérée dans les lieux privés, mais le commerce et la consommation publique sont interdits.

Le Portugal a décriminalisé en 2001 le cannabis ainsi que les drogues dures. L’usage n’est plus illégal ni la possession pour un usage personnel. Mais trafic et commerce restent interdits.

La Géorgie a dépénalisé en 2018, par décision de sa Cour constitutionnelle, la consommation, sans lever l’interdit sur la vente et la culture de cannabis.

Uruguay, premier au monde  

L’Uruguay a été en décembre 2013 le premier pays au monde à légaliser production, distribution et consommation du cannabis. Trois modes d’accès sont possibles: culture à domicile pour consommation personnelle, appartenance à un club ou achat en pharmacie.

Au Mexique, la Cour suprême a dépénalisé en juin 2021 l’usage récréatif de la marijuana avant d’assouplir en mai 2022 le critère pour sa possession. 

En Jamaïque, le cannabis demeure illégal mais depuis 2015 la possession et la culture en petite quantité ont été décriminalisées.

Canada, premier dans le G7

Le Canada est devenu en octobre 2018 le premier pays du G7 à légaliser le cannabis récréatif. La législation limite la possession personnelle à 30 grammes et à quatre plantes par foyer. Il revient aux provinces d’organiser la vente dans des magasins autorisés, publics ou privés.  

Aux États-Unis, l’usage, la vente et la possession de cannabis restent interdits selon la loi fédérale. Mais de nombreux Etats ont introduit des exemptions pour l’usage médical et aussi pour l’usage récréatif. Aujourd’hui la consommation récréative personnelle est autorisée dans une vingtaine d’Etats américains.

Décriminalisé en Afrique du Sud

En 2018, la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud a déclaré “anticonstitutionnelle” une loi qui interdisait la consommation privée de cannabis par les adultes et a demandé au Parlement d’élaborer une loi pour traduire cette décision.

Thaïlande, exception asiatique

La Thaïlande fait figure d’exception en Asie: le pays a retiré, en juin 2022, le cannabis de sa liste des stupéfiants et dépénalisé sa culture, consommation et vente. Mais depuis l’actuel gouvernement cherche à faire machine arrière, avec l’annonce, en février 2024, d’un projet de loi qui rendrait à nouveau illégal l’usage récréatif de la marijuana.

doc-ot/ang/fan

Une boutique de vente de cannabis, à Bangkok, le 6 février 2024
• Amaury PAUL

File d’attente devant un magasin de vente de cannabis, à Montréal, au Canada, le 18 mars 2020
• Jacques LEMIEUX