Cédric Chaillot condamné à 20 ans de réclusion criminelle

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Benoît de la Salle
[email protected]

Cédric Chaillot, le principal accusé. • CROQUIS D’AUDIENCE STÉPHANIE DESTIN

Le dernier jour du procès du meurtre du Maximus en 2019 a livré son verdict. Si les jurés ont suivi les réquisitions de l’avocate générale, ils n’ont pas retenu la qualification de meurtre. Cédric Chaillot est condamné pour violences avec armes ayant entrainé la mort sans intention de la donner et pour port d’arme, le tout en récidive.

«On vous demande la tête de l’accusé sur une
pique. En 2019, il est devenu la bête noire. Il personnifie à lui
seul toute la violence de la Martinique », insiste Me Arneton
lors de sa plaidoirie. L’avocat de Cédric Chaillot espère que tout
ce que les jurés ont entendu depuis trois ans va disparaître comme
par magie.

Le conseil de l’accusé rappelle toutes les erreurs
commises dans ce dossier. En premier lieu les expertises
balistiques, mais aussi les autres pistes négligées par les
enquêteurs qui voyaient en son client le coupable tout désigné.
« Il y a des éléments qui ont été volontairement écartés pour
favoriser la théorie du tireur unique avancée par l’avocate
générale », indique l’un des avocats de la défense.
« L’arme retrouvée, n’est pas celle qui a tué Daniel
Duville », rajoute Me Arneton. La défense demande
l’acquittement pour le meurtre. En ce qui concerne les faits de
port d’armes, ces derniers sont reconnus par l’accusé et la défense
souhaite une peine qui n’aille pas au-delà de 10 ans. « On