Cortèges fournis et incidents violents pour un 1er-Mai très politique

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche partout en France à l’occasion du 1er-Mai, dans un contexte très politique après la présidentielle, et plusieurs cortèges ont été émaillés d’incidents et de dégradations, en particulier à Paris, conduisant le ministre de l’Intérieur à dénoncer des violences “inacceptables”.

Dans la capitale, la manifestation, entamée vers 14h30 place de la République, s’est dispersée place de la Nation peu après 18H00. La CGT a revendiqué 50.000 manifestants à Paris, tandis qu’ils étaient 21.000 selon une comptabilisation du cabinet Occurrence pour un collectif de médias dont l’AFP.

Si le gros des troupes, à l’appel de l’intersyndicale CGT-Unsa-FSU-Solidaires a pu défiler dans le calme, des tensions sont très vite apparues entre des manifestants très mobiles vêtus de noir, détachés du cortège principal, et les forces de l’ordre.

Vitrines brisées, murs tagués: des dizaines d’agences bancaires ou immobilières, de sociétés d’assurance, mais aussi un magasin bio et un restaurant McDonald’s ont été vandalisés, et des affrontements ont émaillé le parcours avec des grenades lacrymogènes répondant à des jets de projectiles. Un sapeur-pompier qui tentait d’éteindre un incendie de palette a été agressé par une femme, ce qui a suscité la réaction indignée des autorités, notamment la préfecture de police.

Ces incidents ont conduit le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, à dénoncer des “violences inacceptables” commises par des “casseurs”. Il a fait état de 45 interpellations et de huit blessés parmi les forces de l’ordre et les pompiers.

Les violences “parasites” du 1er-Mai “invisibilisent les syndicats et servent de propagande à nos pires adversaires”, a tweeté le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui s’en est pris au préfet de police Didier Lallement, “incapable de garantir le droit de manifester en paix” selon lui.

– “mécontentement très fort” –

Les mots d’ordre syndicaux étaient la hausse des salaires, le maintien des services publics et de la protection sociale, et une politique de transition écologique.

La réforme des retraites est aussi l’un des points de crispation de cette journée, une semaine après la réélection d’Emmanuel Macron, a souligné le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, pour qui une nouvelle mobilisation est envisageable dès “avant la rentrée, parce que le niveau de mécontentement sur les retraites ou les salaires est très fort”. “Nous sommes opposés résolument (…) à toute forme de recul de l’âge de la retraite”, a martelé de son côté le secrétaire général de FO, Yves Veyrier.

Ce 1er mai revêtait aussi une signification particulière pour la gauche, dans le contexte de négociations difficiles pour parvenir à un accord en vue des législatives. Jean-Luc Mélenchon a pris la parole sur une estrade au moment où le cortège parisien s’ébranlait, exhortant à un accord “cette nuit”.

Ailleurs en France des manifestations ont rassemblé 1.900 personnes à Bordeaux , 3.600 à Marseille, 3.500 à Toulouse, 4.000 à Lyon, 1.500 à Strasbourg ou Saint-Étienne, 2.000 à Lille selon les chiffres de la police. Au total, 255 points de rassemblement étaient prévus dans le pays, selon la CGT.

A Rennes, après la manifestation organisée dans le calme dans la matinée (1.650 personnes selon la préfecture), plusieurs centaines de militants d’ultra-gauche ont joué pendant deux heures au chat et à la souris avec les forces de l’ordre, notamment en allumant des feux de poubelles. Des dégradations ont aussi eu lieu à Nantes, où les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser des militants d’ultra-gauche, selon la préfecture. La maire PS Johanna Rolland a condamné, dans un communiqué, “des actes de violence inadmissibles”.

– “troisième tour dans la rue” –

A Marseille, Martine Haccoun, médecin retraitée de 65 ans, est venue “montrer qu’on n’a pas donné à Macron un blanc-seing pour cinq ans, on a voulu faire barrage à Mme Le Pen”.

“Je viens manifester tous les 1er mai, mais peut-être que la période après les élections a amené des gens qui ne seraient pas forcément venus”, a déclaré à l’AFP Sylvie Marchese, 49 ans, à Toulouse, éducatrice spécialisée syndiquée à la CGT.

Après le barrage à Marine Le Pen dans les urnes et la réélection d’Emmanuel Macron, “le plus dur reste à faire car si on ne se met pas en lutte maintenant, on va pleurer des larmes de sang”, estime Alain Theux, 77 ans et syndiqué CGT présent dans le cortège bordelais.

En 2021, les organisateurs avaient revendiqué plus de 170.000 manifestants, dont 25.000 à Paris. Le ministère de l’Intérieur avait quant à lui dénombré 106.650 manifestants en France, dont 17.000 dans la capitale. La CGT a revendiqué ce dimanche “plus de 210.000” manifestants en France.

La CFDT, premier syndicat de France, a fait sans surprise bande à part, en organisant un “1er mai engagé pour le climat” et pour des augmentations de salaire. “On cherche des mobilisations qui soient plus symboliques que de masse”, a déclaré à la presse son secrétaire général Laurent Berger, lors d’un rassemblement “revendicatif et festif” organisé sur les rails désaffectés de la “Petite ceinture”, dans le 18e arrondissement de Paris.

sl-pyv-burs-cel/ab/gvy