Crash du 16 août 2005 : la vérité toujours inaccessible pour les proches des victimes

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Benoît de la Salle [email protected]

Hier, une conférence de presse a été organisée par les avocats de l’Avca. • BENOÎT DE LA SALLE

Hier, au lendemain de l’audience devant la Cour d’appel de Fort-de-France, les avocats de l’Avca dénoncent ” une mascarade de justice “. Ils ont décidé de quitter l’audience en fin de journée après un énième refus des magistrats

Ce lundi un peu après 17 heures, les avocats de
l’Association des victimes de la catastrophe aérienne du 16 août
2005 (Avca) ont quitté la Cour d’appel avec un goût amer. C’est
pourtant confiants qu’ils étaient arrivés le matin. Les six avocats
de l’Avca ont, dès le début, joué cartes sur table. Ils voulaient
un débat entre leur expert et les deux experts judiciaires car
leurs conclusions respectives n’allaient pas dans le même sens. “
La confrontation entre les experts était évidente pour nous. Ce
débat technique aurait permis l’émergence de la vérité.”

Cela fait 17 ans que les familles des victimes du
crash qui a coûté la vie à 152 Martiniquais attendent que toute la
lumière soit faite sur ce drame. Mais voilà que l’accès du bâtiment
est interdit à Jacques Iztueta, l’expert de l’Avca. Ce dernier a dû
patienter toute la journée sur le trottoir. Incompréhensible pour
les conseils des parties civiles. Les deux autres experts n’ont,
tout simplement, pas fait le déplacement. D’a