Depuis la Dominique, il est condamné en Guadeloupe à 25 ans de réclusion criminelle pour « assassinat »

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

25 ans de réclusion criminelle pour Phil Dover, accusé d’assassinat et  « planqué » à la Dominique depuis les faits qui remontent à 2015. Il a donc été condamné hier par contumace. 

Vendredi matin pour l’unique journée de procès, la salle est comble. Tous sont venus soutenir la maman de la victime, une avocate bien connue de la place. Son fils a été retrouvé assassiné dans son véhicule, le 13 janvier 2015, le corps criblé de balles. Il s’agit d’Anthony Bijou, tout juste âgé de 20 ans. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte car la jeune victime était consommateur de stupéfiants et avait déjà été menacée par le passé, volée et même agressée.

Le matin des faits, il avait quitté son domicile où il vivait avec sa compagne pour se rendre à un rendez-vous. Laquelle ne le reverra pas de la journée et apprendra son décès en fin de journée. L’enquête va démontrer qu’il avait rendez-vous avec un certain Phil Dover, né à la Dominique, défavorablement connu de la justice et vivant dans l’immeuble voisin où se sont déroulés les faits. L’homme en question aurait quitté précipitamment la Guadeloupe pour la Dominique, le jour même, sans même prévenir sa compagne mais uniquement sa mère. 

Les investigations vont révéler une empreinte digitale de Phil Dover sur la vitre arrière droite de la voiture de la victime alors que la compagne de la victime reconnaissait l’homme comme étant celui avec lequel son compagnon avait rendez- vous. D’ailleurs le jour des faits, la ligne d’Antony Bijou révèle 5 appels passés à Phil Dover. Le dernier à 11’59, ensuite la ligne ne sera plus utilisée. 
 

Le gouvernement de la Dominique refuse d’extrader l’accusé

Le 20 janvier 2015, un mandat de recherche est délivré à l’encontre de l’accusé. Il semblerait que le règlement de compte sur fonds de trafic de drogue soit à l’origine de cette affaire. Toutefois, lors du procès qui s’est tenu hier, il n’a pas été possible d’obtenir de réponse en l’absence du principal suspect, Phil Dover. Un mandat d’arrêt était pourtant décerné le 3 juin 2019 à l’encontre de l’accusé qui jusqu’à ce jour résiderait dans son pays d’origine. Lequel semble ne pas souhaiter coopérer pour extrader son ressortissant. C’est donc en son absence que le mis en cause a été condamné hier à 25 ans de détention, exactement à hauteur des réquisitions souhaitées par l’avocate générale.