Des chiffres qui en disent long…

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

EAU ET ASSAINISSEMENT

Par Yvor J. LAPINARD
[email protected]

Les acteurs de l’eau se sont également penchés sur les projets et les opérations en cours pour améliorer la situation. • YJL

Réunis en séminaire, les acteurs de l’eau et de l’assainissement ont échangé sur les chiffres clés de l’année 2021 et quelques-uns de 2023. Si la situation est alarmante, des signes d’amélioration sont observés.

L’Office de l’eau, l’Office français de la
biodiversité, le conseil départemental, le conseil régional, l’État
(DEAL), l’Agence régionale de santé, le Syndicat mixte de gestion
de l’eau et de l’assainissement de Guadeloupe (SMGEAG), la
Communauté des communes de Marie-Galante (CCMG)… Ces institutions
étaient toutes représentées, en présentiel ou en distanciel,
vendredi soir au siège de l’Office de l’eau, à Basse-Terre, pour la
restitution des chiffres clés de l’eau et de l’assainissement de
Guadeloupe. Il en est ainsi, chaque année depuis six ans à travers
un séminaire. Et c’est l’occasion pour tous les acteurs de l’eau et
de l’assainissement de dresser un bilan, au regard des chiffres
recueillis annuellement par l’Observatoire de l’eau de la
Guadeloupe, qui n’est autre qu’un service de l’Office de l’eau.

Des indications fiables malgré le
décalage

Les différentes données présentées n’étant
cependant pas produites ou validées dans le même temps par les
autorités organisatrices des services d’eau et d’assainissement, ce
sont celles relatives à l’année 2021 qui sont publiées en 2023. Un
décalage de la réalité de deux années, malheureusement, mais qui
n’empêche cependant pas de disposer d’indications fiables sur
la…