Des collaborateurs d’une ONG, dont quatre étrangers, tués à Gaza dans une frappe israélienne

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Des collaborateurs d’une organisation non-gouvernementale américaine qui livre de la nourriture dans la bande de Gaza menacée de famine ont été tués dans une frappe israélienne lundi, selon son fondateur, le Hamas faisant état pour sa part de cinq victimes, dont quatre étrangers.

“Aujourd’hui, World Central Kitchen a perdu plusieurs de ses soeurs et frères dans une frappe de l’armée israélienne à Gaza”, a déclaré sur X (ex-Twitter) le patron et fondateur de cette ONG basée aux Etats-Unis, le cuisinier américano-espagnol José Andrés.

Ils ont été tués “alors qu’ils travaillaient pour soutenir notre oeuvre humanitaire de livraison de nourriture à Gaza”, selon un communiqué distinct de l’organisation, dénonçant une “tragédie”.

Les Etats-Unis, qui prennent de plus en plus leurs distances avec leur allié israélien après quasiment six mois de guerre dans la bande de Gaza, se sont déclarés “profondément troublés” par cet événement.

“Coeur brisé”

“Nous avons le cœur brisé et sommes profondément troublés par la frappe”, a déclaré sur le réseau social X la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, qui dépend de la Maison Blanche, Adrienne Watson.

“Les travailleurs humanitaires doivent être protégés, car ils apportent une aide dont (les Palestiniens) ont désespérément besoin, et nous exhortons Israël à promptement enquêter sur ce qu’il s’est passé”, a-t-elle ajouté.

Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de cinq victimes arrivées dans un hôpital de Deir el-Balah, après “une frappe aérienne israélienne ayant visé un véhicule de l’organisation américaine World Central Kitchen” dans le centre de la bande de Gaza.

“Ils possèdent la nationalité britannique, australienne et polonaise et la quatrième nationalité n’est pas connue”, a rapporté dans un autre communiqué cette source du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, précisant que la cinquième personne était un chauffeur et traducteur palestinien.

Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a confirmé qu’une Australienne, Zomi Frankcom, figurait parmi les victimes. “C’est complètement inacceptable. L’Australie exige que tous les responsables de la mort de travailleurs humanitaires rendent des comptes”, a-t-il déclaré.

Un correspondant de l’AFP a vu à l’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa de Deir el-Balah cinq corps et trois passeports étrangers près des dépouilles. Des images de ces corps et des passeports circulent également sur les réseaux sociaux.

L’armée israélienne a dit “passer en revue l’incident tragique au plus haut niveau pour en comprendre les circonstances” et assuré avoir “travaillé en étroite collaboration avec WCK” pour sa distribution d’aide.

World Central Kitchen est impliquée dans l’envoi d’aide par bateau de Chypre vers Gaza et dans la construction d’une jetée temporaire dans le territoire palestinien assiégé. Un premier bateau y avait déchargé sa cargaison mi-mars sous la supervision de l’armée israélienne.

Près de six mois après le début du conflit, le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi la mort d’au moins 70 personnes au cours des dernières 24 heures, dans “des dizaines” de frappes israéliennes à travers la bande de Gaza.

Dans le nord de la bande de Gaza, les équipes médicales fouillaient lundi les décombres de l’hôpital al-Chifa pour extraire des blessés et cadavres après le retrait de l’armée israélienne qui y a mené une vaste opération, laissant derrière elle ruines et cadavres.

Les forces israéliennes ont “tué plus de 200 terroristes et arrêté plus de 900 personnes suspectées d’actes terroristes” sur le site de l’hôpital, a indiqué le porte-parole de l’armée israélienne lundi soir.

Un porte-parole de l’agence de défense civile de Gaza, dirigée par le Hamas, a fait état de 300 morts à l’intérieur et autour de l’hôpital durant l’opération israélienne.

Des médecins et civils présents dans le complexe ont déclaré à l’AFP qu’au moins 20 corps avaient été retrouvés, dont certains semblaient s’être fait rouler dessus par des véhicules militaires.

Une loi pour interdire Al Jazeera

En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé lundi vouloir “agir immédiatement” pour interdire la diffusion de la chaîne qatarie Al Jazeera dans le pays, peu après le vote par le Parlement d’une loi l’autorisant à le faire.

Al Jazeera, qui accuse Israël de cibler systématiquement ses journalistes dans la bande de Gaza, a dénoncé une “campagne frénétique” à son encontre.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à Washington, a demandé “instamment au gouvernement israélien de ne pas fermer le bureau” d’Al-Jazeera à Jérusalem et de permettre aux médias de travailler en Israël et à Gaza pendant le conflit.

M. Netanyahu, qui a été opéré d’une hernie, devrait sortir mardi de l’hôpital, selon son bureau. 

Lundi soir, une nouvelle manifestation réclamant sa démission et la libération des otages israéliens retenus à Gaza a rassemblé des milliers de personnes à Jérusalem.

Selon la Maison Blanche, des responsables israéliens ont échangé avec leurs homologues américains à distance lundi et ont “accepté de prendre en compte” les préoccupations américaines au sujet de l’offensive prévue par Israël sur Rafah, dans le sud de Gaza.

La situation de cette ville où s’entassent 1,5 million de Palestiniens devait déjà faire l’objet d’une réunion en personne à Washington, mais Israël a annulé l’envoi de sa délégation il y a une semaine.

Une rencontre “en personne” pourrait avoir lieu “dès la semaine prochaine”, a précisé un communiqué de l’exécutif américain.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés de Gaza ont mené une attaque dans le sud d’Israël qui a entraîné la mort d’au moins 1.160 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l’AFP établi à partir de données officielles. D’après Israël, environ 250 personnes ont également été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages dont 34 sont mortes, à Gaza.

Israël a juré de détruire le Hamas, considéré comme un groupe terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne, et son armée a lancé une campagne de bombardements aériens intenses sur Gaza, suivie d’une offensive terrestre.

Les opérations israéliennes ont coûté la vie à 32.845 personnes, pour la plupart des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas, et provoqué une catastrophe humanitaire et des destructions colossales.

La guerre a aussi exacerbé les craintes d’une escalade du conflit dans la région. Onze personnes, dont sept Gardiens de la révolution –l’armée idéologique de l’Iran– ont été tuées lundi dans un raid imputé à Israël contre la section consulaire de l’ambassade iranienne à Damas. 

Téhéran a promis “une réponse décisive”. “Ce crime ne passera pas sans que l’ennemi soit puni”, a averti pour sa part le Hezbollah, mouvement chiite libanais allié de la Syrie, de l’Iran et du Hamas palestinien.

Le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra mardi une session publique à la demande de la Russie sur cette attaque, a annoncé le représentant russe à l’ONU Dmitri Polianski, cité par l’agence étatique Tass.

burs-lgo-roc/tmt/pz

Photo publiée par World Central Kitchen montrant des membres de l’organisation en train de livrer de la nourriture dans la bande de Gaza, le 15 mars 2024
• –

Fouilles de décombres autour de l’hôpital al-Chifa, à Gaza, le 1er avril 2024
• –

Des manifestants israéliens antigouvernementaux brandissent un drapeau national avec une photo du Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d’un rassemblement à Jérusalem, le 31 mars 2024
• AHMAD GHARABLI

Carte du nord de la bande de Gaza montrant la localisation de l’hôpital al-Chifa
• Nalini LEPETIT-CHELLA

Un blessé palestinien à l’hôpital des martyrs d’Al Aqsa de Deir el-Balah, le 31 mars 2024
• –

L’hôpital al-Chifa en ruine après le retrait des troupes israéliennes
• STRINGER