« Des journaux nés dans la fièvre »

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Dans les périodes plus animées au plan politique ou culturel, nos élèves ont montré leur volonté de donner aux différents établissements un organe de liaison tout à fait indépendant, véritable produit de leur cru, reflet de leur vie de lycéens.

Malheureusement, nous devions déplorer chaque fois le caractère éphémère des journaux nés dans la fièvre, puis vite disparus dans l’indifférence presque totale.

*- « Jeunes » paraît en 1949, avec le soutien de certains professeurs.


France-Antilles Martinique
160 mots – 16.09.2022