Des millions d’Ukrainiens toujours privés de courant après des frappes russes

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

L’Ukraine, notamment sa capitale Kiev, était largement privée d’électricité et d’eau courante jeudi, au lendemain de nouvelles frappes massives de la Russie visant spécifiquement l’infrastructure énergétique, une stratégie qualifiée de “crimes de guerre” par les…

L’Ukraine, notamment sa capitale Kiev, était largement privée d’électricité et d’eau courante jeudi, au lendemain de nouvelles frappes massives de la Russie visant spécifiquement l’infrastructure énergétique, une stratégie qualifiée de “crimes de guerre” par les alliés occidentaux au moment où l’hiver s’installe.

Neuf mois jour pour jour après le début de l’invasion russe, des millions d’Ukrainiens passeront la journée sans électricité et dans le froid.

A Kiev, frappée par une pluie glaciale qui tombait sur la neige, environ 70% de la population restait privée de courant jeudi matin, selon la mairie.   

L’approvisionnement en eau a été rétabli en début d’après-midi, selon la mairie, alors que les températures dépassaient à peine zéro degrés.

De son côté, le ministère russe de la Défense a affirmé que ses bombardements n’avaient pas visé Kiev, accusant la défense antiaérienne ukrainienne d’être responsable des dommages dans la capitale.

A Kharkiv, deuxième ville du pays à la frontière avec la Russie, “des problèmes d’approvisionnement d’électricité” perduraient, a notamment indiqué dans la matinée le gouverneur Oleg Synegoubov. 

Le reste de l’Ukraine était également largement affecté par les coupures mais la reconnexion des infrastructures critiques au réseau se poursuivait graduellement.

La présidence ukrainienne a annoncé l’ouverture de quelque 4.000 de points de chauffage à travers le pays.

“Crime contre l’humanité”

“Ce ciblage systématique de la population à l’approche de l’hiver traduit une volonté claire de la Russie de faire souffrir le peuple ukrainien, de le priver d’eau, de chauffage et d’électricité pour saper sa résilience”, a déclaré la diplomatie française. “Ces actes constituent à l’évidence des crimes de guerre”, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Intervenant par visioconférence devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé pour sa part mercredi un “crime contre l’humanité” car “avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens (se retrouvent) sans fourniture d’énergie, sans chauffage et sans eau”.

Les trois centrales nucléaires sous contrôle de Kiev ont pu être reconnectées et devaient dans la soirée de nouveau alimenter les foyers privés de courant, mais aussi les systèmes de distribution d’eau.

Ces centrales avaient été déconnectées par leur système de protection automatique à la suite des frappes russes. 

“S’il n’y a pas de nouvelles frappes, nous allons pouvoir réduire considérablement le manque (d’électricité) dans le système énergétique d’ici la fin de la journée”, a estimé le ministre de l’Energie, Guerman Galouchtchenko, qualifiant la situation de toujours “difficile”. 

Selon le ministère de l’Energie, ces frappes ont laissé mercredi sans électricité “la grande majorité des consommateurs” du pays qui comptait environ 40 millions d’habitants avant le début de l’invasion russe le 24 février.  

La Russie a tiré mercredi environ 70 missiles de croisière sur l’Ukraine, dont 51 ont été abattus, selon Kiev. Ces frappes ont visé des infrastructures énergétiques clé, déjà endommagées par plusieurs vagues de bombardements de ce type. 

Au total “huit installations énergétiques” ont été touchées, a dit le procureur général ukrainien Andriï Kostine, ajoutant que dix personnes avaient été tuées et 50 autres blessés.

Le renseignement militaire de l’Ukraine a estimé jeudi sur Telegram que la Russie avait “besoin d’environ une semaine” pour préparer une nouvelle frappe massive.

Confrontée à des revers militaires en série qui l’ont forcée cet automne à d’humiliantes retraites dans le nord-est et le sud de l’Ukraine, la Russie a opté mi-octobre pour des bombardements des installations énergétiques de son voisin, au moment où l’hiver s’installe.

Varsovie propose ses Patriot

Dans ce contexte, le ministre polonais de la Défense a proposé que l’Allemagne transfère à l’Ukraine le système de défense anti-aérienne Patriot qu’elle a offert à la Pologne après qu’un missile a fait deux morts sur son territoire la semaine dernière lors d’une vague de frappes russes.

“Cela permettra de protéger l’Ukraine contre de nouvelles pertes et des coupures d’électricité, et renforcera la sécurité à notre frontière orientale”, a déclaré mercredi soir Mariusz Blaszczak sur Twitter.

La Russie a pour sa part intimé à l’Ukraine de céder à ses revendications.

“La direction  de l’Ukraine (…) a la possibilité de régler la situation en satisfaisant toutes les exigences de la partie russe, et de mettre fin aux possibles souffrances de la population civile”, a répété jeudi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

La Russie justifie sa guerre par la nécessité de “dénazifier” et de “démilitariser” l’Ukraine qu’elle accuse de réprimer les populations russophones. Moscou a aussi revendiqué fin septembre l’annexion de quatre régions ukrainiennes qui sont sous contrôle russe partiel.

Moscou a annoncé jeudi avoir distribué des passeports russes à plus de 80.000 habitants de ces quatre territoires ukrainiens, faisant d’eux des “citoyens de la Fédération de Russie”.

Le procureur général d’Ukraine a de son côté indiqué que depuis la reconquête le 11 novembre du nord de la région de Kherson, “neuf sites de torture ont été découverts” ainsi que “les corps de 432 civils tués”, sans détailler les causes de ces décès.  

Autre conséquence directe des frappes russes, la Moldavie, déjà en proie à d’importants problèmes énergétiques causés par la guerre en Ukraine, a également été mercredi la victime de pannes d’électricité massives. La situation s’était largement normalisée jeudi.

Le ministère moldave des Affaires étrangères a annoncé jeudi la convocation de l’ambassadeur russe pour protester contre ces “bombardements brutaux” qui “ont des conséquences dramatiques” en Moldavie, ex-république soviétique voisine de l’Ukraine et dirigée par un gouvernement pro-occidental. 

bur/ant/lpt/am

La ville ukrainienne d’Odessa touchée par les coupures de courant, le 23 novembre 2022
• Oleksandr GIMANOV

Carte de la situation en Ukraine au 24 novembre à 8h GMT
• Simon MALFATTO

Un immeuble endommagé par des tirs russes à Vyshgorod, près de Kiev, en Ukraine, le 23 novembre 2022
• Genya SAVILOV

Des habitants de Kiev font la queue pour de l’eau potable, le 23 novembre 2022
• Genya SAVILOV