Dix mises en examen pour des pillages lors des violences de novembre dernier

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Dix personnes ont été mises en examen à Pointe-à-Pitre, soupçonnées “d’avoir activement participé aux pillages de six bijouteries” en novembre lors des violences en Guadeloupe, a indiqué ce samedi le parquet de Pointe-à-Pitre.

Après six mois d’investigations, 10 suspects ont été “placés en garde à vue et mis en examen”, soupçonnés d’avoir “participé à ces pillages”, a confirmé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Quatre ont été placées en détention provisoire et six sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet, sur son compte Twitter. Toutes ont été mises en examen pour “vols aggravés en réunion par effraction, avec dégradations par incendie”, avait précisé auparavant une source judiciaire.

Interpellations cette semaine

“Un ou deux individus se sont présentés spontanément” et d’autres “ont été interpellés mercredi, jeudi et encore vendredi matin, lors de différentes opérations en zone pointoise”, menées notamment par le RAID, selon cette même source. 

Parmi ces 10 personnes figure un mineur au moment des faits et deux récidivistes, a précisé le procureur de la République. Un premier pilleur présumé avait été mis en examen fin 2021.

Par ailleurs, huit hommes, dont un policier, sont mis en examen, soupçonnés d’avoir planifié et organisé les violences urbaines de la fin 2021, qui avaient touché d’autres commerces, un local des douanes ou des casernes des forces de l’ordre. Sept sont écroués depuis le 21 janvier.

Des violences urbaines avaient éclaté en novembre 2021 en Guadeloupe sur fond de crise sociale et de contestation du pass sanitaire. Du 18 au 20 novembre 2021, “six bijouteries avaient été pillées. L’une avait été incendiée” et le feu s’était propagé à d’autres immeubles, provoquant un incendie majeur en plein centre de Pointe-à-Pitre, avait indiqué la source judiciaire. Les pompiers parlaient alors d’un “contexte de guérilla urbaine ayant fortement entravé l’acheminement des secours sur site”.