Elections au Mexique: Xochitl Galvez, une ascension vers les sommets de l’Etat

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Candidate de l’opposition à la présidentielle du 2 juin, Xochitl Galvez incarne une ascension sociale rare au Mexique: une enfant pauvre de père indigène, vendeuse de rue dans sa jeunesse, devenue femme d’affaires prospère.

“C’est dans un bus comme celui-ci que j’ai quitté mon village pour tenter ma chance dans la capitale”, raconte dans une vidéo l’ex-sénatrice de centre-droit, distancée dans les sondages par la candidate de la gauche au pouvoir Claudia Sheinbaum.

Née il y a 61 ans à Tepatepec, une bourgade rurale à 100 kilomètres au nord de Mexico où elle a terminé sa campagne mercredi, son enfance a été marquée par la violence d’un père alcoolique.

“Ils sont venus vivre ici parce qu’ils n’arrivaient pas à joindre les deux bouts”, raconte sa cousine Norma Angélica Ruiz, dentiste de 68 ans, en montrant la maison des grands-parents.

“Comme il n’y avait pas de réfrigérateur, ils suspendaient les fameuses gélatines (qu’elle vendait dans la rue, ndlr) dans des paniers accrochés aux poutres”, ajoute Mme Ruiz.

À 17 ans, elle part vivre à Mexico, où elle est admise en faculté d’ingénierie de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM, publique). “Le plus beau jour de ma vie”.

Dans l’immense capitale, “Xochitl” est confrontée aux agressions d’obsédés sexuels dans le métro, à l’image des Mexicaines qui dénoncent à l’unisson les violences et le laissez-faire d’une société machiste.

Diplômée, elle crée une entreprise tournée vers la conception d’immeubles “intelligents” économes en eau et en énergie. 

“Elle voulait devenir ingénieur en informatique et elle a réussi, car dans les années 80, c’était une branche qui commençait à peine”, raconte sa cousine.

Son entreprise High Tech Services remporte des appels d’offre publics, ce qui a suscité des accusations de corruption de la part de l’actuel gouvernement.

La cheffe d’entreprise entre en politique en 2000, quand le président conservateur Vicente Fox la nomme directrice de la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes. 

A ce poste, elle expérimente la drogue rituelle du “peyote” ce qui lui a permis de “se trouver soi-même”, a-t-elle raconté dans un podcast “Sabiduria psicodelica” (sagesse psychédélique) disponible sur Spotify. “Je me suis sentie très, très forte avec mon identité”.

Fière de ses racines otomi, “Xochitl” (fleurs, en nahuatl) porte invariablement des “huipils”, la blouse brodée traditionnelle. Certains doutent de ses origines indigènes en raison de sa blancheur de peau.

Maire d’un district de Mexico en 2015, sénatrice en 2018, Mme Galvez est devenue en juin 2023 la figure providentielle d’une opposition divisée face à l’hégémonie croissante du Mouvement de la régénération nationale (Morena) au pouvoir.

Vendre des gélatines ou danser le ballet

Elle a lancé sa candidature après avoir été interdite d’accès au palais national, où elle voulait contredire le président Andres Manuel Lopez Obrador lors d’une de ses conférences de presse matinales.

Mme Galvez est soutenue par la coalition du PAN (droite), PRI (centre) et PRD (gauche), tout en gardant sa liberté de parole en faveur des aides sociales, de l’avortement ou des droits LGBT+.

Elle a pourtant salué en novembre la victoire du président ultra-libéral conservateur Javier Milei, adversaire déclaré de l’avortement en Argentine, avant de préciser qu’elle n’était pas d'”extrême droite” mais une “femme en faveur des libertés”.

Adepte du franc-parler, Mme Galvez a promis qu’elle aurait des “ovaires” pour lutter contre le crime organisé lors de sa pré-campagne.

Souriante, accessible, elle a su éviter les familiarités en campagne. “Les gens ne veulent pas d’un président qui dit des gros mots”.

En retard dans les sondages, elle n’a cessé d’attaquer sa principale rivale Claudia Sheinbaum, la qualifiant de “narcocandidate”.

“Pendant que tu dansais le ballet à l’âge de dix ans, moi je devais travailler”, a-t-elle envoyé à sa rivale, une physicienne issue d’une famille de scientifiques de Mexico.

À l’université, elle a rencontré Rubén Sanchez son futur époux avec qui elle a eu deux enfants, Diana et Juan Pablo.

“J’ai une soeur en prison”, a-t-elle dit lors d’un entretien en juin 2023. Accusée de l’enlèvement de deux personnes, sa soeur attend son procès depuis 2012.

“Je l’aime, c’est ma soeur”, a ajouté la candidate, affirmant qu’elle lui rendait souvent visite et qu’elle s’était occupée de ses deux filles. “Toutes les deux, nous venons de la même violence, d’un environnement complexe”.

sem/axm/lab/st/tmt

La candidate de l’opposition à l’élection présidentielle du 2 juin au Mexique, l’ex-sénatrice de centre-droit Xochitl Galvez, salue ses soutiens lors d’une réunion publique à Atlacomulco près de Mexico le 24 mai 2024
• Yuri CORTEZ

La maison de la candidate de l’opposition à l’élection présidentielle du 2 juin au Mexique, l’ex-sénatrice de centre-droit Xochitl Galvez, dans sa ville natale, Tepatepec, dans l’Etat d’Hidalgo dans le centre du Mexique le 21 mai 2024
• ALFREDO ESTRELLA