Emmanuel Macron à la Journée nationale de commémoration de l’abolition de l’esclavage

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

 A l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, Emmanuel Macron présidera la cérémonie organisée ce mardi au Jardin du Luxembourg.

Le chef de l’Etat, accompagné d’Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, et d’Elisabeth Moreno, ministre déléguée, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, la Diversité et l’Egalité des chances, est attendu à 16 heures, ce mardi (10 mai).
Le président et le public invité, parmi lequel 400 jeunes venus de toute la France, entendront d’abord un chant de maloya par la chanteuse réunionnaise Christine Salem, puis la lecture de quatre textes par des élèves lauréats 2020 du Prix de la Flamme de l’égalité. Les enfants de l’école élémentaire Ferdinand-Buisson de Sotteville-lès-Rouen liront le « Carnet de Ruby » ; ceux de l’école élémentaire Immaculée Conception de Saint-Denis-de-la-Réunion interpréteront une chanson de leur composition, « Shabouké » ; des élèves du lycée agricole Jean-Baptiste Le Taillandier (à Fougères) liront une évocation de « Zumbi » ; ceux du lycée Scheurer Kestner de Strasbourg diront un extrait de leur travail intitulé « Non, l’esclavage n’est pas terminé ! Mobilisons-nous ! » Enfin, des élèves du collège Ampère d’Arles liront des extraits du roman d’André Schwarz-Bart, « La mulâtresse Solitude »,figure mythique et littéraire de la résistance au rétablissement de l’esclavage, que la Fondation Mémoire de l’esclavage a choisi d’honorer pour cette 17e journée commémorative.

Après un deuxième chant maloya de Christine Salem, le dépôt de gerbes par le président et les ministres sera suivi d’une minute de silence et d’une « Marseillaise » interprétée par les Petits Écoliers Chantants de Bondy. Il n’est pas prévu de prise de parole du président réélu.