Emmanuel Macron en Guyane : Les contours de sa visite dévoilés par l’Elysée Guyaweb, site d’information et d’investigation en Guyane

The content originally appeared on: Guyaweb

À l’occasion d’un point d’information entre la presse locale et l’Elysée ce mardi 19 mars, les grands axes de la visite présidentielle (25 et 26 mars) ont été dévoilés. Emmanuel Macron passera seulement un jour et demi en Guyane, et autant au Brésil dans la foulée, avec un programme axé sur la souveraineté : alimentaire, spatial, lutte contre l’orpaillage illégal et le trafic de stupéfiants. Peu ou pas de séquences concernent le quotidien des Guyanais. Enfin, une rencontre avec les parlementaires, le président de la Collectivité et les maires aura lieu le lundi soir lors de laquelle le président « s’exprimera sur l’évolution statutaire » assure l’Elysée. 

Sept ans après son dernier déplacement en Guyane dans le contexte post-mouvement social, le président Emmanuel Macron revient en Amazonie  à l’occasion d’un déplacement en Guyane (25 et 26 mars) puis au Brésil (26 au 28 mars). Le chef de l’Etat sera accompagné en Guyane du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin et de la ministre déléguée Marie Guévenoux, venue en éclaireuse la semaine dernière.

Ces dates de la visite présidentielle correspondent symboliquement, selon l’Elysée, à la venue du général De Gaulle en 1964 qui avait annoncé le lancement du Centre spatial guyanais, mais aussi à la mort du major du GIGN Arnaud Blanc tué le 25 mars 2023 près de Dorlin au cours d’une mission contre des chercheurs d’or clandestins. Et, enfin, au mouvement social de 2017 qui avait commencé le 17 mars – et non le 20 mars comme l’a dit l’Elysée lors du point d’information – avec l’irruption des 500 Frères à la CTG pour gêner la convention de Carthagène présidée par la ministre de l’Environnement de l’époque, Ségolène Royal qui avait dû écourter sa visite.

Ce mardi 19 mars après-midi, lors d’un brief presse avec l’Elysée, les grands axes du déplacement présidentiel ont été dévoilés. Cette visite s’articulera autour de quatre grandes thématiques : marquer l’ancrage régional de la Guyane dans son environnement ; simplifier le poids des normes, la mise sous cloche chère à Jean-Victor Castor, « afin de trouver un équilibre entre une simplification, une adaptation et des normes quand même garantissant l’Etat de droit » dixit l’Elysée ; poursuivre le dialogue avec les élus (sans préciser sur quels sujets…), souligner l’engagement de l’Etat sur ses compétences régaliennes (sécurité, spatial…).

Cayenne, Matoury, Camopi, Kourou

Dans le détail, Emmanuel Macron arrivera lundi matin à Cayenne pour rendre hommage au major Arnaud Blanc, un an jour pour jour après son décès. Puis se rendra au Marché d’intérêt régional pour une séquence pêche et dans une exploitation de Matoury pour parler agriculture et souveraineté alimentaire. Il décollera ensuite pour Camopi afin d’aborder la lutte contre l’orpaillage illégal et assister à une opération Harpie. Le soir, un temps d’échange avec les élus locaux – maires, parlementaires et président de la CTG a précisé l’Elysée – est prévu.

Le mardi 26 mars, Emmanuel Macron se rendra à Kourou au Centre spatial, rencontrera des entreprises du secteur travaillant avec le spatial et montera à bord du navire Canopée, le nouveau cargo hybride qui achemine les pièces d’Ariane 6 depuis l’Europe. Avant de s’envoler vers le Brésil et Belém, le président sondera le dispositif 100% contrôle des passagers à l’aéroport Félix-Eboué pour une séquence « lutte contre les trafics de stupéfiants » devenue un pèlerinage pour les membres du gouvernement depuis sa mise en place : Attal, Dupond-Moretti, Darmanin, Borne… tous ont éprouvé ce dispositif.

Le président se rendra ensuite au Brésil, avec une délégation d’élus guyanais et d’entrepreneurs qui ont investi au Brésil, et notamment à Belém qui accueillera en 2025 la COP30. Son départ vers l’Hexagone est prévu le 28 mars. « Cinq élus guyanais » doivent l’accompagner dans ce déplacement selon l’Elysée sans que leurs noms aient filtré pour le moment.

Exprimer la souveraineté française en Amérique latine

En résumé, ce déplacement présidentiel vient avant tout rappeler la souveraineté de la France en Guyane qui est, sans être naïf, l’idée originelle de création des Outre-mer. Peu ou pas de séquences concernent le quotidien des Guyanais via des thématiques telles que la santé, l’énergie, le développement économique. À notre question si le sujet du désenclavement sera abordé, l’Elysée nous a répondus « oui, à l’occasion du temps d’échange avec les élus » prévu le lundi soir et dont la durée n’a pour l’instant pas été précisée. Emmanuel Macron devrait également s’exprimer à ce moment-là sur l’évolution statutaire, comme le demandent depuis plusieurs jours les élus locaux, au risque de faire de cette séquence un moment fourre-tout tant les problématiques de la Guyane sont nombreuses.

Comme en juillet dernier en Nouvelle-Calédonie – le déplacement présidentiel avait donné lieu à plusieurs visites dans des pays de la région – Emmanuel Macron vient exprimer pleinement la souveraineté de la France en Amérique latine. Ainsi, le président passera autant de temps au Brésil qu’en Guyane. On peut déplorer que les grands axes de sa visite dans notre territoire semblent éloignés du « point d’équilibre » entre les enjeux internationaux et la présence de l’Etat en Guyane évoqué par l’Elysée lors du briefing presse. Comme le sentiment que la Guyane, au vu du programme, est un faire valoir des intérêts stratégiques français en Amérique latine à l’heure où la région du plateau des Guyanes est en pleine mutation géopolitique. En effet, les découvertes apparemment considérables de gaz et de pétrole au Guyana vont dans les prochaines années considérablement modifier la perception de la région et la donne géopolitique si Georgetown devient l’un des plus gros producteurs d’or noir du monde. Quelle place pour la Guyane dans tout cela ?

Si, pour l’heure, aucune séquence dédiée uniquement avec le monde économique n’est prévue à l’agenda de la visite présidentielle d’Emmanuel Macron en Guyane, l’Elysée nous a répondu que «le monde économique sera présent sur différente séquences sur l’agriculture, la forêt» et aussi sur une séquence au Brésil où  «le président de la République retrouvera des entrepreneurs guyanais sur une séquence avec la communauté française qui investit au Brésil.»

Photo de Une : le président de la République Emmanuel Macron n’était pas revenu en Guyane depuis son déplacement d’octobre 2017 © Archives Guyaweb