En Martinique: Statues déboulonnées à Fort-de-France et Schoelcher : plusieurs militants interpellés ce matin

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Policiers et gendarmes ont procédé à plusieurs interpellations ce mardi matin (3 mai) dans le cadre de l’information judiciaire ouverte après la destruction de quatre statues en 2020.

Plusieurs militants ont été interpellés ce mardi matin par les forces de police et de gendarmerie, dans différentes communes de Martinique. À ce stade, leur nombre n’est pas connu avec précision.
Il s’agirait, en revanche, d’une opération judiciaire menée à la demande d’un juge d’instruction, chargé de l’information judiciaire ouverte après le déboulonnage de quatre statues, à Fort-de-France et à Schoelcher.
Les militants interpellés sont actuellement entendus en garde à vue au commissariat de police et dans les brigades de gendarmerie.

« Un acharnement » pour le K13J20

Pour rappel, le 26 juillet 2020, les statues de Joséphine de Beauharnais et de Pierre Belain d’Esnambuc avaient été déboulonnées, place de la Savane à Fort-de-France par des militants anticolonialistes.

Deux mois plus tôt, deux statues de Victor Schoelcher avaient, elles aussi, été mises à terre, lors du 22 mai, jour célébrant l’abolition de l’esclavage à la Martinique.
Un acte revendiqué qui avait soulevé une vague d’indignations et suscité le débat.
Ce mardi, après l’arrestation de plusieurs militants liés à ces déboulonnages pour la justice, le Komité 13 janvié 2020 « dénonce fermement » un « acharnement contre celles et ceux, militants, qui dignement s’opposent à la politique coloniale et l’empoisonnement de notre peuple au chlordécone et autres pesticides ».

En mars 2021, deux militantes avaient déjà été entendues pour les faits du 22 mai.