En pleine présidentielle, Poutine promet une réplique aux attaques sur le sol russe

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Vladimir Poutine a promis vendredi que la Russie répliquerait aux attaques aériennes ukrainiennes sur son sol, tout en estimant que les récentes incursions terrestres de combattants pro-Ukraine visaient à “perturber” le déroulement de la présidentielle vouée à le réélire triomphalement.

En parallèle, au moins treize personnes ont été arrêtées pour des dégradations dans des bureaux de vote, des actes dont les mobiles précis n’ont pas été rendus publics.

Vladimir Poutine, qui a voté en ligne vendredi, au premier jour du scrutin destiné à le réélire pour 6 ans, a assuré que les frappes ukrainiennes contre le territoire russe, qui se sont intensifiées ces derniers jours, ne resteraient pas “impunies”.

Dans le même temps, au moins 20 personnes ont été tuées et 70 blessées dans l’une des pires attaques de missiles russes sur Odessa, la grande ville portuaire du sud de l’Ukraine déjà deux fois prise pour cible ces derniers jours.

Toujours vendredi, l’armée russe a en outre dit avoir repoussé depuis le 12 mars de multiples incursions terrestres de combattants en provenance d’Ukraine, admettant avoir dû recourir à l’artillerie et l’aviation.

Ces attaques constituent une “tentative de perturber l’élection présidentielle”, a dénoncé M. Poutine.

Le scrutin qui s’étale de vendredi à dimanche doit voir le maître du Kremlin reconduit pour un mandat supplémentaire de six ans, l’opposition ayant été éradiquée.

Il ne se déroule cependant pas sans accroc. 

Incidents

Une femme a ainsi été interpellée après avoir incendié un isoloir à Moscou, selon des médias russes, tandis qu’une deuxième, âgée de 20 ans, a tenté de jeter un cocktail Molotov sur un bureau de vote de Saint-Pétersbourg, d’après un responsable local.

Une personne a été appréhendée pour avoir essayé de mettre le feu à une urne à Khanty-Mansisk en Sibérie et une autre pour avoir tenté d’allumer un pétard dans un bureau de vote de la région de Tcheliabinsk, non loin des monts Oural.

Six personnes ont aussi été interpellées pour avoir versé du colorant dans les urnes près de la capitale russe, en Sibérie et dans les régions de Voronej (ouest), de Rostov-sur-le-Don (sud-ouest) et de Karatchaïévo-Tcherkessie, dans le Caucase.

La cheffe de la commission électorale, Ella Pamfilova, a affirmé que ces personnes agissaient pour de l’argent promis par “des salauds, de l’étranger”.

Le parquet de Moscou avait mis en garde jeudi contre toute action de protestation, aucune critique ni opposition n’étant tolérée en Russie.

Dans la partie occupée de la région méridionale ukrainienne de Kherson, une bombe a explosé sans faire de victimes devant un bureau de vote, ont dénoncé les autorités locales.

Dans une déclaration commune lue par l’ambassadeur ukrainien Sergiy Kyslytsya à la presse à l’ONU, plus de cinquante pays, dont les Etats-Unis et la France, ont “condamné dans les termes les plus forts” la tenue de ce scrutin dans plusieurs régions ukrainiennes.

L’ambassadeur russe adjoint à l’ONU a fustigé des “tentatives absolument impardonnables (…) d’intervenir dans les affaires internes” russes et a assuré que ces territoires faisaient “administrativement et politiquement partie de notre pays, que ça vous plaise ou non”.

Pas d’opposition

A la veille de la présidentielle, Vladimir Poutine, 71 ans dont 24 au pouvoir, a exhorté ses compatriotes à ne pas se “détourner du chemin” en ces temps “difficiles”, une allusion aux conséquences de l’assaut qu’il a déclenché contre l’Ukraine il y a plus de deux ans.

Le président sortant fait face à trois candidats sans envergure qui ne s’opposent ni à l’offensive en Ukraine, ni à la répression qui a éradiqué toute opposition et culminé avec la mort en prison mi-février du détracteur du Kremlin Alexeï Navalny.

Ioulia Navalnaïa, qui a juré de poursuivre le combat de son mari, a appelé pour sa part les Russes à protester en allant voter pour n’importe lequel des candidats à l’exception de Poutine.

Elle a aussi demandé aux Russes soutenant l’opposition de se rendre dans les bureaux de vote au même moment, dimanche à 12H00 (09H00 GMT), pour montrer qu’ils sont nombreux.

“Tout est un peu faux”

Le scrutin a commencé à 08H00 heure locale vendredi (20H00 GMT jeudi) sur la péninsule du Kamtchatka et en Tchoukotka, deux régions reculées de l’Extrême Orient russe. Il s’achèvera dimanche à 20H00 (18H00 GMT) à Kaliningrad, une enclave russe frontalière de pays de l’Union européenne.

Dans une école de Moscou, Lioudmila, une retraitée âgée de 70 ans, dit vouloir avant tout “la victoire” en Ukraine. Pour elle, cela passe par un vote pour Vladimir Poutine.

Mais pour Nadjeda, 23 ans, “le fait que je sois là ne changera rien” : “Autour de moi, on est tous habitués à l’idée que tout est déjà décidé pour nous, on ne peut rien y faire”, lâche cette jeune ballerine moscovite, refusant de donner son nom de famille. “Tout est un peu faux.”

Avec ce scrutin, Vladimir Poutine se maintiendra au pouvoir jusqu’en 2030 et pourra se représenter pour rester aux commandes jusqu’en 2036, l’année de ses 84 ans. 

Il avait fait réviser la Constitution à cette fin en 2020.

Le président du Conseil européen Charles Michel a quant à lui “félicité” avec ironie vendredi M. Poutine “pour sa victoire écrasante lors d’élections qui débutent aujourd’hui”.

Les Etats-Unis ont aussi critiqué le scrutin et la diplomatie ukrainienne a exhorté la communauté internationale à rejeter cette “farce”.

Incursions armées

L’Ukraine a accru la pression militaire sur les régions russes frontalières de Belgorod et de Koursk, visées par une multitude d’attaques de drones et des incursions d’unités militaires composées de Russes opposés au Kremlin.

Un civil a été tué et deux autres blessés à Belgorod dans un bombardement ukrainien, selon le gouverneur Viatcheslav Gladkov, qui avait dit plus tôt qu’un combattant avait également péri dans une autre frappe.

En parallèle, les attaques de drones se multiplient dans les régions frontalières mais aussi à des centaines de kilomètres du front, l’Ukraine ayant promis des représailles aux bombardements qu’elle subit depuis plus de deux ans.

A Berlin, le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron ont affiché leur “unité” vendredi sur l’aide à ce pays, après des semaines de vives tensions sur la stratégie à adopter face à Moscou, à l’occasion d’un sommet avec le Premier ministre polonais Donald Tusk.

bur/alf/bds/fjb/cha/seb

Les Russes à la présidentielle pour réélire Poutine
• STRINGER

Des militaires viennent voter à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
• NATALIA KOLESNIKOVA

Le président russe Vladimir Poutine vote en ligne à l’élection présidentielle, depuis la résidence d’État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 15 mars 2024
• Pavel Byrkin

Sélection d’opposants politiques, institutions, médias ou mouvements s’étant opposés à Vladimir Poutine
• Sabrina BLANCHARD

Les dirigeants russes restés le plus longtemps au pouvoir depuis la révolution de 1917
• Laurence SAUBADU

Un électeur vote à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Belgorod
• STRINGER

Une électrice vote à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
• NATALIA KOLESNIKOVA

Une électrice vote à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
• Alexander NEMENOV