Enfin une solution de valorisation viable pour les sargasses ?

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Ce lundi 19 février 2024, le député européen André Rougé (RN) s’est félicité sur son compte “X” de la réponse plutôt favorable de la Commission Européenne sur la possible méthanisation des algues sargasses.

Une victoire ? Sur le plan politique peut-être, mais de manière pragmatique la réponse de la commission européenne s’apparente plus à un “éventuellement” ou un “pourquoi pas”. Angré Rougé, député européen du rassemblement national et délégué national à l’Outre-Mer au RN a posé une question écrite à la commission européenne sur la possibilité de revaloriser les algues brunes qui polluent les littoraux afin d’en faire, par la méthanisation, une source d’énergie renouvelable.

Une réponse de normand pour l’UE

Sur le fond l’UE dit pourquoi pas, mais sans s’attarder sur l’impact qu’une telle décision pourrait avoir sur les territoires ultramarins concernés. En effet, en l’état, l’Europe se dit prête à faire entrer le cas des sargasses dans celui des autres programmes de revalorisation d’algues qu’elle finance déjà. Or, c’est évacuer un peu vite les défis que représentent, pour les Antilles la gestion et le contrôle de ces algues qui arrivent toujours massivement sur nos côtés.

D’abord, nos îles sont proches du lieu d’émission de ces algues et concernées par les courants marins dont elles profitent pour dériver, mais aussi, et surtout, pour l’heure leur ramassage, leur stockage ou à défaut leur déviation représentent des sommes colossales que doivent engager l’Etat et les collectivités. Et cela c’est sans même aborder le risque écologique que leur stockage en zone dédiée fait courir aux sols.

Toutefois, cette réponse, reste pour le RN une victoire, car jusqu’à présent l’UE s’était assez peu intéressée à cette problématique complexe jusqu’à présent.