Essequibo: Maduro ordonne la délivrance de licences d’exploitation des ressources

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a ordonné mardi au géant public pétrolier PDVSA d’accorder des licences d’exploitation des ressources de la région de l’Essequibo, riche en pétrole et objet d’un litige territorial avec le Guyana voisin.

M. Maduro a déclaré lors d’une réunion gouvernementale qu’il allait créer une division régionale de PDVSA, et a donné l’ordre de procéder “immédiatement” à “l’octroi de licences” pour “l’exploitation du pétrole, du gaz et des mines dans toute la région”.

Plus de 10,4 millions d’électeurs vénézuéliens ont participé à un référendum consultatif dimanche, se disant favorables à plus de 95% pour l’intégration dans leur pays de la région sous administration du Guyana.

Lundi, M. Maduro a appelé à “un accord diplomatique, juste, satisfaisant pour les parties et amical” tout en affirmant que son pays allait “récupérer” l’Essequibo où de vastes gisements de brut ont été découverts en 2015.

Le ministre des Affaires étrangères du Guyana Hugh Todd a, lui, indiqué lundi à l’AFP que son pays entendait rester “vigilant”.

“Nous devons toujours rester vigilants. Même si nous ne pensons pas” que Nicolas Maduro “ordonnera une invasion, nous devons être réalistes quant à l’environnement au Venezuela et au fait que le président Maduro peut être très imprévisible”.

Caracas revendique depuis des décennies l’Essequibo, territoire de 160.000 km2 représentant plus des deux tiers du Guyana et où vivent 125.000 personnes, soit un cinquième de sa population.

Caracas soutient que le fleuve Essequibo doit être la frontière naturelle, comme en 1777 à l’époque de l’empire espagnol. Le Guyana, qui dispose de réserves de pétrole per capita parmi les plus grandes du monde, estime, de son côté, que la frontière date de l’époque coloniale anglaise et a été entérinée en 1899. 

Une nouvelle province

Le chef de l’Etat vénézuélien a également proposé mardi de rédiger une loi spéciale “avec tous les secteurs” afin d’interdire la signature de contrats avec des entreprises travaillant dans la zone en vertu de concessions accordées par le Guyana.

M. Maduro donne à ces sociétés trois mois pour se retirer de la zone “à délimiter”, se disant toutefois “ouvert à la discussion”.

Il a également déclaré que sur le fondement du référendum de dimanche, il allait désormais exercer le “pouvoir” dans la région et faire en sorte que soit promulguée une loi pour créer la province du Guayana Esequiba.

M. Maduro a demandé qu’un recensement y soit conduit et que des cartes d’identité soient délivrées aux habitants.

Le procureur général guyanais Anil Nandlall a averti mardi que son pays saisirait le Conseil de sécurité de l’ONU en cas d’aggravation du différend avec le Venezuela au sujet de l’Essequibo.

“Toute action ou tentative d’action en vertu du référendum nécessitera de recourir au Conseil de sécurité des Nations unies en tant que partie lésée”, a déclaré M. Nandlall à l’AFP.

“Nous allons explorer toutes les voies possibles et il est évident que (le recours à l’ONU) est l’une d’entre elles”, a-t-il ajouté.

M. Nandlall a fait savoir que le Guyana invoquerait les articles 41 et 42 de la Charte des Nations unies, qui habilitent le Conseil de sécurité à prendre des mesures militaires et à appliquer des sanctions.

“Il peut autoriser l’utilisation des forces armées par les Etats membres pour contribuer à l’exécution des ordonnances de la Cour”, a-t-il souligné.

La Cour internationale de justice (CIJ), plus haute instance judiciaire de l’ONU dont le Venezuela ne reconnaît pas la compétence dans cette affaire, avait ordonné vendredi au gouvernement vénézuélien de “s’abstenir de toute action susceptible de modifier la situation” dans l’Essequibo et aux deux parties de “s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver ou d’étendre le différend”.

ba-jnd/lpa

Sur cette photographie diffusée par la présidence vénézuélienne, le président du Venezuela Nicolas Maduro s’exprime lors d’une réunion gouvernementale, le 5 décembre 2023 à Caracas
• ZURIMAR CAMPOS