F1: Verstappen royal à Bahreïn dans la première course de l’année

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Sans suspense, le triple champion du monde en titre Max Verstappen a facilement remporté le Grand Prix de Bahreïn samedi, devant son coéquipier chez Red Bull Sergio Pérez, un doublé qui offre une bouffée d’oxygène à l’écurie et son patron, au centre d’une affaire.

Le Néerlandais a commencé 2024 comme il a terminé 2023, sur la plus haute marche du podium. Et avec la manière puisqu’il comptait plus de 20 secondes d’avance sur son dauphin à l’arrivée.

“C’est incroyable, la journée d’aujourd’hui s’est déroulée encore mieux que prévu”, a réagi le vainqueur, célébré par une pluie de feux d’artifice sur le tracé de Sakhir.

Parti en pole position à la nuit tombée et dans une fraîcheur inhabituelle pour la saison (moins de 20°C), le Néerlandais, arrivé dans la monarchie du Golfe avec l’étiquette de pilote à battre, a été fidèle à son rang et n’aura jamais été inquiété, pas même par Pérez au volant de la même RB20 que lui.

Le Mexicain, cinquième sur la grille, a notamment expliqué avoir eu “des problèmes avec le frein moteur”. Deuxième du GP, “c’était le maximum que nous pouvions faire”, a-t-il reconnu.

Red Bull et Verstappen sont les immenses favoris de cette saison, la plus dense de l’histoire de la F1 avec 24 Grand Prix prévus.

“Sentiment de déception” chez Mercedes

Derrière les deux “taureaux rouges”, l’Espagnol Carlos Sainz et sa Ferrari complètent le podium. Son coéquipier monégasque Charles Leclerc, qui a connu des problèmes de freins au volant de sa SF-24, fini 4e.

Les Britanniques George Russell et Lewis Hamilton terminent respectivement 5e et 7e pour Mercedes, tandis que les McLaren de Lando Norris et Oscar Piastri se classent 6e et 8e. 

“Il y a un sentiment de déception dans l’équipe”, a reconnu Hamilton, attendu chez Ferrari l’an prochain pour remplacer Sainz. “J’ai eu du mal avec la voiture, j’ai tout donné, mais je n’ai pas été très performant”.

Du côté d’Alpine, Esteban Ocon termine 17e devant Pierre Gasly, 18e. Les pilotes français étaient partis derniers sur la grille. 

“Nous savions que le début de la saison serait difficile et cela a été le cas”, a rappelé Bruno Famin, patron de l’écurie, arrivée à Bahreïn avec une toute nouvelle monoplace pour tenter de revenir dans le peloton de tête.

Comme pour le prochain GP d’Arabie saoudite le 9 mars, la traditionnelle course dominicale a été déplacée au samedi afin de s’adapter au ramadan, le mois de jeûne musulman qui démarre le soir du 10 ou le 11 mars. 

– Week-end mouvementé pour Red Bull –  

Ce doublé Verstappen-Pérez est arrivé à point nommé pour Red Bull et son patron Christian Horner, au centre de l’attention malgré lui durant tout le week-end.

Apparemment sauvé après qu’une enquête interne l’a blanchi mercredi d’accusations de “comportement inapproprié” à l’égard d’une employée de l’écurie, Horner, patron historique de l’écurie depuis 2005, a dû de nouveau se défendre après la large diffusion jeudi d’un mail anonyme sur cette affaire aux journalistes suivant la F1, à des responsables du sport automobile ou encore à des écuries concurrentes.

Le contenu de ce mail, notamment des messages WhatsApp prétendument échangés entre Horner et cette employée, ne peut être indépendamment vérifié mais l’intéressé avait, dans la foulée de cet envoi, dû de nouveau démentir les “spéculations anonymes” sur un quelconque comportement inapproprié de sa part.

Le Britannique de 50 ans, marié à l’ex-Spice Girl Geri Halliwell, présente samedi à ses côtés, a toujours nié les faits qui lui étaient reproché et s’est dit convaincu après le GP que son poste n’est pas menacé par les retombées de l’enquête. 

“Une procédure interne complète et longue a été conduite (par un avocat externe à Red Bull, ndlr), et le grief soulevé a été rejeté. Fin de l’histoire”, a-t-il aussi dit devant la presse à Bahreïn. 

De son côté, Verstappen, resté plutôt discret sur le sujet, a assuré vendredi soir rester “entièrement concentré sur la voiture et la performance”. “C’est comme ça que ça doit être (…) car ce ne sont pas nos affaires”, a-t-il balayé.

hdy/jld

Max Verstappen franchit la ligne en vainqueur au GP de Bahrein, le 2 mars 2024
• Giuseppe CACACE

Sergio Perez, 2e du GP de Bahrein, à Sakhir le 2 mars 2024
• Giuseppe CACACE