Filière canne : travailler plus pour gagner moins

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Stéphanie Vélin
[email protected]

MM. Guy Losbar et A. Chalus lors de la réunion avec les agriculteurs • STÉPHANIE VÉLIN

Mercredi 21 février, une réunion s’est tenue à la chambre d’agriculture entre planteurs, agriculteurs, et politiques afin d’assurer le début de la prochaine récolte de la canne.

Des membres du Kolektif des Agriculteurs attendent
l’arrivée du président de Région, Ary Chalus, du président du
Conseil départemental, Guy Losbar, et du Préfet, Xavier Lefort. Il
est un peu plus de 9 heures, ce matin, à la chambre d’agriculture à
Baie-Mahault.

À l’étage, des membres des Jeunes Agriculteurs
(JA) et de l’Union pour le Développement Cannier et Agricole de
Guadeloupe (UDCAG) se concertent. MM. Losbar et Chalus en font de
même un peu plus loin. Le Préfet se fait encore attendre. La
réunion débute sans lui. Elle prendra fin sans qu’aucun de ses
représentants n’y participe.

Des profits unilatéraux

Toute la matinée, les explications, propositions,
critiques et questions se succèdent. Le ton monte parfois. Il
traduit l’exaspération des planteurs, leur profond désarroi.
Il faut mettre l’argent sur la table, sinon on va disparaître
, prévient Roméo Meynard, président de l’UDCAG. ” Cette
filière ne tiendra pas plus de trois ans sans un prix fixe sur la
tonne de cannes “
, ajoute-t-il plus tard.

Les…