“Je suis très touché, dévasté” : la réaction d’Ary Chalus à propos du crash aérien

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le président de la région Guadeloupe s’est exprimé après la tragédie aérienne survenue au large des Saintes, en début de week-end. Très touché, Ary Chalus a répondu à nos questions. 

On imagine que la tristesse et l’émotion sont toujours présentes ?


Cela ne peut pas redescendre surtout quand on apprend que ces personnes sont toujours dans l’avion à 45 mètres de profondeur, cela fait mal. Je suis très touché, dévasté. Le directeur M. Quillin, c’était quelqu’un de proche, avec qui je travaillais. Quelqu’un de calme, de professionnel ! J’ai travaillé avec lui à Routes de Guadeloupe pendant deux années. Il faisait un travail considérable pour la Guadeloupe en matière de très haut débit, de fibre optique, de câble, etc. Pour les îles du sud. Nous voulions qu’elles soient raccordées rapidement. Au moment où je vous parle je pense beaucoup aux familles des victimes, aux familles des deux agents de la collectivité, des agents très compétents. Je n’ai pas de mots pour vous dire ce que nous ressentons. J’ai annulé tout le programme de la Région aujourd’hui car je n’arrive pas à réaliser ce qui est arrivé ! Un an après l’accident de la Route du Rhum…

A lire aussi

Que s’est-il passé ?


L’épave a été retrouvée à 45 mètres de profondeur mais les causes ne sont pas connues. Je pense après les investigations que l’on en saura plus. Cet avion avait déjà fait Saint-François / Désirade, Désirade/ Les Saintes et il redécollait pour aller à Marie-Galante. Le pilote était un pilote chevronné ! On ne sait pas ce qui s’est passé, on attend l’enquête.

Quelle était
 la mission de ces quatre personnes transportées par le pilote ?


C’est un contrôle de l’entreprise missionnée pour l’entretien du câble dans chaque île. Ce sont des ingénieurs venus de Paris pour constater les problèmes et voir ce qu’il y avait à faire. 


Un hommage, avec tout le personnel, est prévu ? Une minute de silence sur tous les sites a été retenue. Il faut mettre en place une cellule psychologique pour tous ceux qui travaillaient avec ces deux ingénieurs et aussi à Routes de Guadeloupe. Ils étaient effectivement au service des Guadeloupéens pour qu’ils aient le haut débit.