La Chine dit à Lavrov vouloir «renforcer la coopération stratégique» avec la Russie

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La Chine et la Russie ont promis mardi à Pékin de renforcer leur coopération, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s’entretenant avec le président Xi Jinping, nouveau signe de rapprochement malgré la guerre en Ukraine.

Pékin et Moscou ont intensifié leur coopération économique, diplomatique et militaire ces dernières années et leur “partenariat stratégique” s’est consolidé depuis l’invasion de l’Ukraine fin février 2022.

A l’issue d’une visite officielle de deux jours en Chine, Sergueï Lavrov s’est entretenu mardi après-midi avec Xi Jinping.

“Nous tenons à exprimer notre plus grande reconnaissance et notre admiration pour les succès que vous avez remportés au fil des ans”, a déclaré le ministre à son hôte, selon les agences de presse russes.

De son côté, Xi Jinping a indiqué que la Chine attachait “une grande importance” aux relations sino-russes et était disposée à travailler “en étroite collaboration avec la Russie” pour renforcer leurs contacts bilatéraux et leur coordination sur la scène internationale, selon la télévision étatique chinoise CCTV.

Le président chinois a également assuré que lui et son homologue russe Vladimir Poutine sont “convenus de maintenir des échanges étroits” afin de garantir le développement stable des relations bilatérales.

Devant Sergueï Lavrov, Xi Jinping a également appelé Pékin et Moscou à “unir les pays du ‘Sud global'”, qui comprend notamment les nations sud-américaines et africaines, ainsi qu’à “promouvoir une réforme du système de gouvernance mondiale”.

Lors d’une rencontre mardi, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi avait déjà promis à son homologue russe que “la Chine soutiendra le développement stable de la Russie sous la direction (de Vladimir) Poutine”.

“Soutien de poids”

“Pékin et Moscou continueront à renforcer la coopération stratégique sur la scène mondiale et à s’apporter mutuellement un soutien de poids”, a ajouté le ministre chinois, selon l’agence de presse russe RIA Novosti.

De son côté, dans une vidéo publiée par le média russe Izvestia sur Telegram, Sergueï Lavrov a remercié Xi Jinping pour ses rapides “félicitations” envoyées à Vladimir Poutine après sa récente réélection, lors d’un scrutin auquel aucun réel rival n’a pu se présenter.

La Chine et la Russie se sont rapprochées en raison de leur dénonciation commune de ce qu’ils présentent comme l’hégémonie occidentale sur la scène internationale.

Selon de nombreux analystes, la Chine, de par sa puissance économique et diplomatique, a toutefois l’ascendant sur une Russie isolée par les Occidentaux.

Malgré cette asymétrie, l’appui de Pékin permet à Moscou de “poursuivre la guerre en apportant le nécessaire à la machine de guerre russe”, déclare à l’AFP Alexander Gabuev, directeur du centre Carnegie Russie Eurasie. 

“L’intégration de l’économie, de la matière grise et de la technologie militaire de la Russie dans un ordre dirigé par la Chine, avec l’Eurasie en son coeur géographique, est le seul moyen pour la Russie de soutenir sa confrontation avec l’Occident”, a-t-il écrit cette semaine dans le magazine Foreign Policy.

Les Etats-Unis mettent régulièrement en garde la Chine contre une aide indirecte à l’effort de guerre russe et l’exhortent à utiliser son influence sur la Russie pour mettre fin au conflit en Ukraine.

“Sanctions illégales”

Lors d’une conférence de presse commune avec Wang Yi après leurs entretiens bilatéraux, Sergueï Lavrov a ainsi dénoncé mardi les “sanctions illégales” occidentales contre son pays.

“Cette politique est en train d’être appliquée activement également contre (la Chine)” afin d’entraver ses “opportunités de développement économique et technologique” et “d’éliminer les concurrents”, a-t-il accusé.

Pour sa part, Wang Yi a défendu l’association entre Pékin et Moscou.

“En tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et grandes puissances émergentes, la Chine et la Russie doivent clairement se tenir du côté du progrès historique, de l’équité et de la justice”, a-t-il affirmé devant la presse.

“Il convient de nous opposer à toute hégémonie, tyrannie ou intimidation, à la mentalité de Guerre froide et à toute incitation à la division et à la confrontation”, a-t-il déclaré.

Wang Yi a également affirmé avoir discuté de l’Ukraine avec son homologue russe.

“La Chine jouera toujours un rôle constructif sur la scène internationale et dans les affaires multilatérales, sans jamais jeter de l’huile sur le feu, et encore moins en tirer profit”, a-t-il assuré.

Pékin appelle au respect de l’intégrité territoriale de tous les Etats, Ukraine comprise, mais n’a jamais publiquement condamné Moscou pour son opération militaire.

bur-oho-jnd-mjw-ehl/ib

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (d) et son homologue russe, Sergueï Lavrov, le 9 avril 2024 à Pékin
• Handout

Le président chinois Xi Jinping (g) porte un toast avec son homologue russe Vladimir Poutine lors d’une réception au Kremlin, le 21 mars 2023 à Moscou
• Pavel Byrkin

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (g) et son homologue chinois Wang Yi, le 9 avril 2024 à Pékin
• Handout