La famille d’Olivier Dubois appelle à envoyer une carte postale à Emmanuel Macron pour ses 500 jours de captivité

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La famille du Martiniquais Olivier Dubois, seul otage français recensé dans le monde, appelle vendredi à envoyer au président Emmanuel Macron une carte postale pour demander sa libération, à l’approche de ses 500 jours de captivité au Mali.

La mère, la sœur et le beau-frère d’Olivier Dubois demandent à ceux qui veulent le soutenir de se procurer “une carte postale respectueuse de son destinataire” et d’y écrire ce message: “Bonjour M. le président, quand Olivier Dubois journaliste, rentrera-t-il en France? 500 jours… Libérons Olivier Dubois”.

Il faut ensuite envoyer cette carte postale à M. Macron à l’Elysée à Paris, (“sans timbre, c’est gratuit”, précise le communiqué de la famille).

Les 500 jours de l’enlèvement d’Olivier Dubois tomberont le 21 août, et il fête son 48e anniversaire en captivité ce samedi, rappelle sa famille.

Le journaliste indépendant, qui vit et travaille au Mali depuis 2015, avait lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021. Il y expliquait avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda.

En janvier, sa famille a lancé une pétition en ligne pour demander sa libération. Et en avril dernier, pour le premier anniversaire de son enlèvement, elle avait réalisé une vidéo pour sensibiliser le public, avec la participation de plusieurs journalistes.

La ministre réagit

“Tous les efforts sont déployés pour obtenir (sa) libération”, assure ce jeudi Catherine Colonna, la ministre des Affaires étrangères, à Libération. “Nous savons que ces efforts peuvent prendre du temps pour produire des effets”, poursuit Catherine Colonna. La ministre explique que “la discrétion est indispensable à la réussite de ces efforts”. C’est selon elle la seule “règle” à respecter.