La guerre se poursuit à Gaza, une offensive sur Rafah pas «imminente» selon Washington

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Des bombardements israéliens meurtriers ont frappé mardi la bande de Gaza, où Israël maintient son projet d’offensive terrestre sur la ville surpeuplée de Rafah pour vaincre le Hamas, pendant que les pays médiateurs tentent d’avancer vers un accord de trêve associée à une libération d’otages.

Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a toutefois jugé qu’une offensive israélienne sur Rafah ne semblait pas être “imminente”.

Six mois après le début de la guerre déclenchée par l’attaque sanglante menée par le mouvement islamiste contre Israël, les opérations militaires israéliennes ont fait 153 morts en 24 heures dans le territoire palestinien, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Au Caire, les pays médiateurs – Qatar, Egypte, Etats-Unis – ont mis sur la table dimanche une nouvelle proposition en trois étapes.

La première prévoit une trêve de six semaines, la libération de 42 otages retenus à Gaza en échange de 800 à 900 Palestiniens incarcérés par Israël, l’entrée de 400 à 500 camions d’aide alimentaire par jour et le retour chez eux des habitants du nord de la bande de Gaza déplacés par la guerre, selon une source au sein du Hamas.

A la veille de l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, le Hamas a dit lundi “étudier la proposition” avant de transmettre sa réponse aux médiateurs, ajoutant qu’Israël “n’avait répondu à aucune” de ses demandes. 

La Maison Blanche a jugé mardi les déclarations du Hamas sur cette proposition “pas très encourageantes”.

“Il est temps. Concluons ce cessez-le-feu. Nous sommes prêts. Je pense qu’Israël est prêt. Et je pense que le Hamas devrait venir à la table et être prêt à le faire également”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la présidence américaine, Jake Sullivan.

“Il y a une date”

Israël avait annoncé dimanche le retrait de ses troupes de la grande ville de Khan Younès, dans le sud du territoire, détruite après plusieurs mois de combats, afin de préparer “la poursuite de leurs missions dans la zone de Rafah” toute proche.

Cette ville frontalière avec l’Egypte abrite, selon l’ONU, environ un million et demi de personnes, en majorité des déplacés.

En dépit de multiples mises en garde de capitales étrangères qui craignent de lourdes pertes civiles, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se dit déterminé à lancer une offensive terrestre à Rafah qu’il présente comme le dernier grand bastion du Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza.

“Cela se fera – il y a une date”, a affirmé lundi M. Netanyahu, sans dévoiler cette date.

“Nous achèverons l’élimination des bataillons du Hamas, y compris à Rafah. Aucune force au monde ne nous arrêtera”, a-t-il encore déclaré mardi, en visite sur une base militaire.

Antony Blinken a cependant assuré mardi qu’Israël n’avait pas fourni aux Etats-Unis, opposés à une offensive massive sur Rafah, de date pour cette éventuelle opération.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza ont mené une attaque sans précédent dans le sud d’Israël, entraînant la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l’AFP à partir des chiffres officiels israéliens.

Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent détenues à Gaza dont 34 sont mortes, d’après des responsables israéliens. 

En représailles, Israël a juré d’anéantir le Hamas, qu’il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l’Union européenne. Son armée a lancé une offensive qui a fait jusqu’à présent 33.360 morts dans la bande de Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

La guerre a entraîné un déplacement massif de population et provoqué une catastrophe humanitaire dans le petit territoire assiégé de 2,4 millions d’habitants, où l’ONU redoute une famine généralisée alors que l’aide humanitaire, strictement contrôlée par Israël, arrive en quantité très insuffisante, principalement via l’Egypte.

Israël, confronté à une très forte pression internationale pour laisser passer davantage d’aide, a affirmé que 468 camions étaient entrés mardi dans la bande de Gaza, le nombre le plus élevé en une journée depuis le début de la guerre.

“Un tsunami”

Dans la ville de Gaza, dans le nord, une mission de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a résumé la dramatique réalité après une visite lundi à l’hôpital al-Chifa, détruit lors d’une opération israélienne en mars: “Cet endroit, qui était un lieu où l’on donnait la vie, n’évoque plus que la mort”, a dit un médecin membre de la délégation, Athanasios Gargavanis.

Dans les ruines de l’immense complexe hospitalier, l’identification des cadavres est une nouvelle épreuve pour les secours et les familles. “Nous manquons de l’équipement nécessaire et le temps ne joue pas en notre faveur, nous devons terminer avant que les corps ne se décomposent”, a raconté à un correspondant de l’AFP le directeur du service des urgences, Amjad Aliwa.

Mardi, l’armée a annoncé avoir détruit “des infrastructures terroristes” dans plusieurs secteurs et fait état de combats dans le centre du territoire.

Depuis l’annonce dimanche du retrait israélien de Khan Younès, des milliers de déplacés ont regagné la ville pour découvrir un paysage apocalyptique.

“Cette maison, ma maison, était un bâtiment de cinq étages et abritait plus de 80 personnes. Il ne reste plus rien. Ici, j’ai vécu mon enfance sous un sycomore qui avait plus de cinquante ans. Je ne le trouve plus”, raconte Mohammed Saggah, de retour dans sa ville. “Ce n’est pas une guerre, pas une agression, c’est un tsunami qui a frappé le quartier”, ajoute-t-il.

En prévision d’une offensive sur Rafah, Israël veut acquérir un stock de 40.000 tentes permettant d’abriter près de 500.000 personnes, selon une source gouvernementale qui n’a pas précisé où ces tentes seraient installées.

bur-sg/vl

Des Palestiniens arrivent devant un hôpital après un bombardement israélien sur le camp de Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 8 avril 2024
• –

Des Palestiniens de retour dans la ville détruite de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, après le retrait de l’armée israélienne, le 8 avril 2024
• –

Des Palestiniens au milieu d’immeubles détruits par des frappes israéliennes à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 avril 2024
• –

De la fumée s’élève du sud de Gaza alors que le soleil se couche le dernier soir du ramadan
• Belal Al SABBAGH

Des soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza. Photo distribuée le 9 avril 2024 par l’armée israélienne
• –

A Rafah, des bénévoles préparent des pâtisseries traditionnelles pour l’Aïd
• STRINGER

Sud de la bande de Gaza
• Nalini LEPETIT-CHELLA

Un enfant joue dans les ruines de la ville de Gaza, le 8 avril 2024
• –

Une équipe des Nations unies inspecte les ruines de l’hôpital al-Chifa, dans la ville de Gaza, le 8 avril 2024
• –