La « raviole créole », un mélange de Martinique et d’Italie dans l’assiette, présentée ce mardi

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Ce mardi (12 avril), au salon d’honneur du stade de Dillon à Fort-de-France, un groupe d’entrepreneurs martiniquais présente à un certain nombre d’élus, de directeurs de cantines, de décideurs ses pâtes alimentaires à base de racines et autres légumineuses du terroir.

Les produits du pays s’accommodent aux pâtes italiennes pour créer « La raviole créole ». Un groupe d’entrepreneurs martiniquais (Fabrice Dalmat, Roger Labonne, Laurent Roue, Wilfrid Lamart et Jean-Marc Massée réunis sous le label Sheda-Antilles (Saveurs d’hier et d’aujourd’hui) se lance dans la production de pâtes alimentaires, sèches et fraîches à bases de racines et autres légumineuses du terroir.

Ce mardi (12 avril), au salon d’honneur du Stade de Dillon à 18h, la société Sheda-Antilles organise une rencontre avec les élus de la Cacem, les maires de toutes les villes du centre, les directeurs d’école, les directeurs de cantine d’hôpitaux de crèche de cantine et quelques fournisseurs pour leur présenter « la raviole créole » adaptée aux saveurs locales. Son objectif est de palier au souci de la malbouffe des jeunes, mais aussi des aînés avec des recettes de haute qualité nutritionnelle.

À l’origine du projet, Fabrice Dalmat, entrepreneur d’origine samaritaine appréciant la bonne table. A la suite d’une rencontre avec des professionnels de la fabrication de pâte et de farce l’idée lui est venue de fabriquer des ravioles à partir de condiments du terroir.

Fabrice Dalmat – JPV

Deux ans de réflexion et de recherche ont été nécessaires pour concevoir le produit et réunir autour de lui une équipe de spécialistes dans le domaine culinaire, du marketing et de la communication. Son pari, c’est que « la raviole créole » réconcilie les papilles martiniquaises et d’ailleurs avec toute la variété de saveurs locales.

« Notre gastronomie est très riche mais évolue peu »

« Je me suis rendu compte que notre gastronomie est très riche, mais évolue peu ; et la « raviole créole » est une nouvelle façon de mettre en valeur les saveurs de notre cuisine antillaise. Aussi, nous souhaitons valoriser l’agriculture et l’agro transformation des légumes « Péyi » et autres fruits. Nous avons mis au point une raviole avec une farce préparée à partir de produits locaux. C’est le mets qui peut rassembler toute la gastronomie antillaise.

Connaissant les valeurs nutritionnelles des différents légumes de notre terroir, il nous a semblé évident de les incorporer dans nos recettes. Dans le même esprit, nous allons développer les gammes de ” ravioles créoles ” : biologiques, végétariennes, végétaliennes et sans gluten. Notre volonté est de travailler en haut lieu avec les collectivités : les restaurations collectives, les hôpitaux et cliniques, les EHPAD, les crèches, les ligues de sport, la Chambre d’Agriculture, la Chambre de commerce, etc. Aujourd’hui, nous travaillons avec une industrie de pâtes alimentaires de la ville de Gênes en Italie. Nous proposons actuellement de la farce de morue, poulet, speck (jambon cru), crevette. Prochainement nous produiront nos pâtes localement à base de patates douces, bananes jaunes. Dans l’immédiat, nous faisons venir de la France hexagonale une partie de notre matière première, à savoir la pâte, mais d’ici le mois de septembre, notre structure sera implantée en Martinique ».