Le comédien Roland Bertin, qui a joué le roi Christophe, est décédé

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

R. Lo. 

Roland Bertin, connu pour avoir endossé le rôle du roi Christophe dans la tragédie écrite par Aimé Césaire, est décédé à l’âge de 93 ans ce lundi (19 février) à Pont-l’Abbé, en Bretagne. 

Son pain quotidien se nommaient Marivaux, Ibsen, Brecht, Molière, Tchekhov, Goldoni, Shakespeare, Lagarce, etc, etc. Quoi de plus normal pour un sociétaire de la Comédie-Française, de 1983 à 2001, sous la houlette de metteurs en scène de renom : Jorge Lavelli, Jean-Louis Benoît, Jean-Paul Roussillon, Claude Régy, Jacques Lassale, Antoine Vitez, etc.

Au cinéma, il fut également bien servi en étant dirigé par Alain Resnais, Costa Gravas, Jean-Paul Rappeneau ou encore Patrice Chéreau.

Reste que la maison centrale de Roland Bertin, décédé à l’âge de 93 ans, ce lundi (19 février), resta avant tout le théâtre, qui le consacra, en 2009, meilleur second rôle pour sa composition dans « Coriolan », de Shakespeare. 

Une “immense figure”

Qualifié d’ «immense figure » de la Comédie-Française par Eric Ruf, l’administrateur général de l’institution, Bertin était réputé pour son appétit « gargantuesque » des prises de rôles, y compris les plus risqués. 

Ce fut le cas, en juin 1991, quand il endossa, dans la mise en scène du cinéaste burkinabé Idrissa Ouedraogo, les habits du roi Christophe (photo), ciselés par Aimé Césaire dans sa pièce de théâtre publiée en 1963, invité ainsi à faire son entrée au répertoire du Français avec sa « Tragédie du roi Christophe ». 

Telle était la volonté d’Antoine Vitez, grande autorité du théâtre français, et, un temps administrateur de la Comédie-Française, qui annonça à Avignon, en juillet 1989, l’existence d’un Shakespeare noir, à savoir Aimé Césaire. En conséquence, le verbe césairien avait toute sa place auprès de celui de Goldoni, Ibsen, Molière et les autres.

Hélas, fauché par la mort en avril 1990, Vitez ne put assister au déploiement de « La Tragédie… » sur la scène de la salle Richelieu.  

A lire aussi