Le Hezbollah libanais lance de nouvelles attaques contre l’armée israélienne

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le mouvement islamiste libanais Hezbollah a lancé jeudi de nouvelles attaques à la roquette et au drone contre des bases et positions de l’armée israélienne, après la mort de l’un de ses commandants dans une frappe israélienne.

Il s’agit des plus importantes attaques simultanées lancées par le Hezbollah contre des positions militaires israéliennes depuis le début il y a plus de huit mois des échanges de tirs transfrontaliers entre le mouvement libanais et l’armée israélienne.

Le Hezbollah affirme mener ces attaques en soutien à son allié palestinien, le Hamas, en guerre contre l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

Les combattants du Hezbollah ont mené “une attaque à la roquette et au drone contre six casernes et sites militaires” tout en lançant simultanément “des escadrons de drones chargés d’explosifs” sur trois autres bases israéliennes, a déclaré le mouvement pro-iranien dans un communiqué. 

Ces attaques font “partie de la réponse à l’assassinat” mardi du commandant Taleb Sami Abdallah dans une frappe dans le sud du Liban, frontalier du nord d’Israël. L’armée a confirmé avoir éliminé Abdallah qui, selon elle, avait “planifié et exécuté des attentats” anti-israéliens.

L’armée israélienne a déclaré jeudi qu'”environ 40 projectiles ont été lancés en direction de la Galilée (nord d’Israël) et du Golan” syrien dont une partie est occupée par Israël. La plupart ont été interceptés tandis que d’autres ont déclenché des incendies, selon elle.

Dans un communiqué, l’armée a fait état de deux soldats blessés dans l’explosion d’un projectile dans la région de Manara, une localité du nord proche de la frontière libanaise.

Lors d’un point presse, le porte-parole du gouvernement israélien, David Mencer, a averti qu’Israël répondrait “avec force à toutes les agressions du Hezbollah”.

Une “civile” a été tuée et au moins sept autres personnes blessées lors d’une frappe israélienne nocturne dans le sud du Liban, a indiqué tôt vendredi l’agence de presse nationale libanaise faisant état d’un bilan provisoire. 

Selon cette source, “des avions de guerre ennemis ont lancé un raid visant une maison” à Janata, petite ville située dans la région de Tyr, ce qui a provoqué la mort d’une “civile” et des blessures pour “sept autres civils”.

Ces dernières semaines, les échanges de tirs transfrontaliers se sont intensifiés, le Hezbollah recourant de plus en plus à des drones pour attaquer les positions israéliennes et Israël ripostant par des frappes ciblées contre des combattants du mouvement.

Mercredi, le chef du comité exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a prévenu que son mouvement allait “intensifier (ses) opérations”.

Feuille de route française

Le président français Emmanuel Macron a annoncé jeudi au sommet du G7 que la France, les Etats-Unis et Israël allaient travailler en format “trilatéral” sur la feuille de route française pour contenir les tensions à la frontière israélo-libanaise.

“Nous ferons de même avec les autorités libanaises”, a ajouté M. Macron après la première journée de réunions à Borgo Egnazia, dans le sud de l’Italie.

Le plan propose notamment un arrêt des violences des deux côtés et le retrait des forces Al Radwan, unité d’élite du mouvement chiite libanais Hezbollah, et des autres groupes armés à dix kilomètres de la frontière avec Israël, selon des responsables libanais.

Il stipule que la Force intérimaire des Nations unies (Finul) dispose de l’entière liberté de mouvement dans la région, que l’armée libanaise y joue un rôle accru et que ses effectifs doivent être renforcés.

Le Hezbollah refuse à ce stade d’entrer dans de réelles négociations, tant qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu durable à Gaza.

Plus de huit mois de violences ont fait au moins 468 morts au Liban, dont environ 90 civils et plus de 305 combattants du Hezbollah, selon un décompte de l’AFP basé sur les données du mouvement et des sources officielles libanaises.

Côté israélien, au moins 15 soldats et 11 civils ont été tués, selon les autorités.

aya-lar-gl/ib

Un drapeau israélien flotte devant des panaches de fumée qui s’élèvent d’un champ après que des roquettes lancées depuis le Sud-Liban ont atterri près de Katzrin, sur le plateau du Golan annexé par Israël, le 13 juin 2024
• Jalaa MAREY

Le président français Emmanuel Macron s’adresse à la presse lors du sommet du G7 à Fasano, dans le sud de l’Italie, le 13 juin 2024
• Ludovic MARIN