Le littoral, ou des espaces à préserver

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

ÉCOLOGIE 

Par Yvor J. LAPINARD
[email protected]

Face aux multiples pressions subies, le Conservatoire du littoral s’attache avec les gestionnaires à préserver, mettre en valeur et faire découvrir ces sites naturels et paysagers pour transmettre aux générations futures les clés d’un avenir écologique. • DR

Naturels et écologiques, emblématiques et protégés, nos sites, pour la plupart, abritent des témoins archéologiques, historiques et architecturaux qui permettent de mieux comprendre l’archipel et ses habitants. De ce passé riche, mais parfois complexe et douloureux, se dessine une problématique que le territoire aura à affronter pour le siècle à venir : construire un territoire qui maintienne en harmonie la nature et les hommes, en bâtissant à travers son histoire les bases de son avenir.

Réparti entre la Grande-Terre, la Basse-Terre et
ses îles adjacentes, la Guadeloupe dispose de 680 km d’espace
littoral. Longtemps perçu comme une frontière hostile entre la
terre et la mer, en raison de la proximité des zones humides
infestées et des hommes venus d’autres rivages, il est apparu
aujourd’hui comme lieu d’intérêt pour de multiples activités ; mais
aussi reconnu comme un réservoir de richesses fragiles et
menacées.

Des plages de sables, des zones humides de
mangrove jusqu’aux falaises escarpées, il existe une très grande
diversité d’environnements et de morphologies côtières, résultat de
la complexité de l’histoire géologique de l’archipel.

Ainsi, la Basse-Terre, d’origine volcanique plus
récente, présente des reliefs importants avec des fortes pentes.
L’extension de la plaine côtière est peu développée et la présence
de récif est généralement limitée à l’exception des secteurs du
Grand et du Petit-Cul de Sac Marin au nord. Le littoral de la
Basse-Terre est découpé avec la présence de cap rocheux et de baie,
au sein desquelles se trouvent des plages de sables…