Le préfet condamne les opérations de sabotage sur le réseau d’eau potable de Guadeloupe

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Yvor J. LAPINARD

En cette fin de journée (22 mars), 130 000 foyers sont privés d’eau à la suite d’actes de malveillance que condamne le préfet. Une enquête sera diligentée afin de trouver les coupables.

L’usine de Deshauteurs, l’usine de Moustique et le feeder — cette importante conduite d’eau provenant de l’usine de production de Belle-Eau Cadeau et qui doit alimenter des communes de la Grande-Terre, en passant par Capesterre-Belle-Eau, Goyave… — ont été les cibles d’actes de sabotage sur le réseau d’eau potable. Ces opérations auraient consisté à tourner les vannes, à faire monter la pression dans les réseaux, à la relâcher pour créer une onde de choc qui a eu des effets désastreux sur le feeder.

Conséquence : 130 000 foyers sont privés d’eau, certes à des degrés différents. Notamment sur les secteurs de Sainte-Anne/Saint-François, car alimentés par l’usine de Deshauteurs, sinon entre Capesterre-Belle-Eau et la région pointoise du fait de la casse sur le feeder qui a été détectée, non sans mal, dans le courant de ce vendredi après-midi par les équipes du SMGEAG.

“Cette situation est due à des actes de malveillance que je condamne avec la plus grande fermeté”, indique le préfet Xavier Lefort. “La sécheresse n’expliquerait qu’à 5% cette situation de déficit d’eau sur le territoire.”

Le COD activé

Le retour à la normale devrait s’effectuer dans l’après-midi de ce samedi sur le sud de la Rivière du Levant où 75% de la population sont privés d’eau. Les réparations ont déjà été entreprises et le rétablissement technique a été opérée sur l’usine de Deshauteurs. Sur le feeder, c’est plus compliqué, en raison des difficultés d’accès à la casse, du côté de la mangrove de Goyave. Là, une réparation de fortune sera mise en place ce samedi. Mais le temps que l’eau remonte dans le réseau risque de durer tout le week-end. Il n’y aura donc pas de retour à la normal dans les communes concernées avant lundi.

“La situation est très différente d’une commune à l’autre, et peut varier en fonction de l’état des réseaux, du taux de remplissage des citernes et réservoirs des châteaux d’eau, etc”., indique le préfet qui a activé le centre opérationnel départemental, de façon à organiser la livraison d’eau avec le SMGEAG.

C’est ainsi que 95 palettes ont été livrées dans la journée de ce vendredi, et il en sera autant ce samedi, de sorte à combler le déficit d’eau potable dans les foyers. Concernant les établissements de santé, les citernes sont remplies. Il n’y a donc pas de crainte à avoir, notamment en ce qui concerne les services de dialyse.

En tout cas, le préfet a saisi la procureure de la République de Pointe-à-Pitre afin qu’une enquête soit diligentée sur le plan judiciaire.