Le retour du tournoi Cupidon

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Ce samedi a eu lieu le fameux tournoi de beach-volley. L’événement était organisé par l’association « La vague » à la plage de l’autre bord au Moule. Un rendez-vous réunissant énormément de volleyeurs de tous âges. 

Ils étaient très nombreux à renouer avec le tournoi Cupidon de beach-volley, dimanche dernier sur la plage de l’autre bord au Moule. Un tournoi très attendu qui tombe généralement durant la Saint-Valentin. « Ce tournoi est un peu différent des autres puisqu’il est double mixte et à lieu une fois par an. Il s’agit d’une compétition conviviale, les niveaux se mélangent bien et les participants prennent plaisir à y participer. Cette année, nous avons eux 32 équipes donc 64 participants. Cela fait 5 ans que l’événement à lieu. Avec la crise sanitaire durant les deux dernières années, il n’a pas pu être réaliser », explique Euriel Kiffer, la présidente de l’association « La vague ». 

Une belle diversité 

Durant ce tournoi les jeunes sont confrontés aux volleyeurs plus âgés : « il y a des adolescents de 15 ans qui participent aujourd’hui. C’est l’occasion pour eux de performer et de gagner en expérience malgré le fait que ce soit une compétition sans enjeux », partage la présidente. 

Avec le Covid, l’activité sportive n’a pas encore repris en salle ; ce rendez-vous à la plage est aussi une possibilité pour ces passionnés de jouer et de prendre du plaisir. 

Le mot clé de cette journée était, la bienveillance. « La journée s’est bien déroulée, le beau temps était au rendez-vous ainsi que la bonne humeur des joueurs », conclut Euriel Kiffer. 

Ils étaient nombreux au tournoi – CC

Régine Sorel 

« Cela fait plus de 15 ans que je suis dans le volley, c’est vraiment plus qu’une passion. Nous avons rarement l’occasion de jouer en ce moment et le tournoi Cupidon nous a permis aujourd’hui de partager un moment convivial mais aussi de jouer en mixte. Ça nous manquait énormément le volley, ça fait du bien de retoucher un peu à la compétition ».

Régine Sorel- CC