Le sentiment de persécution de Laurella Rinçon

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Par Richard GARNIER ([email protected])

Laurella Rinçon a systématiquement dénoncé un complot. • ©DOMINIQUE CHOMEREAU-LAMOTTE

Après de longues nullités de procédures soulevées dès le début de l’audience par les avocats de Laurella Rinçon, le tribunal joignait l’incident au fond. Des débats et un retour sur les faits ont été étudiés tout au long de l’après-midi, durant lesquels l’ancienne directrice a systématiquement dénoncé un complot, un « conflit total de loyauté » et même une « destruction de sa tâche ». Ce qui donna l’occasion au Procureur de se déclarer « déçu de voir à quel point vous n’assumez pas vos responsabilités ».  

Il y a deux sortes de prévenus : ceux qui
choisissent de garder le silence dans le prétoire et ceux qui s’y
montrent, au contraire, très prolixes. L’ancienne directrice du
Mémorial ACTe (MACTe), Laurella Rinçon fait partie de la seconde
catégorie. De plus, elle a une idée bien arrêtée sur ses problèmes
judiciaires, s’accumulant aux multiples procédures d’éviction de
son poste. Selon elle, tout cela est de la faute de la Région
Guadeloupe. Elle aurait été victime d’une véritable persécution
après avoir dénoncé des dysfonctionnements, dès son arrivée.
Parlant même à la troisième personne du singulier, elle déclarait :
« C’est très facile dans le cadre de l’enquête de tout mettre
sur le dos de Madame Rinçon ». Et elle disgresse : « Elle
fait des frais de taxis à 85 000 euros », dit-elle, avant
de se faire reprendre par le Président. Et d’acquiescer, presque
ironiquement : « Je dis cela parce qu’il n’y a jamais eu de
frais de taxi, et je ne suis donc pas poursuivi pour cela ».
Pour le reste, lors de ce rappel des faits, c’est une étude
fastidieuse des différents marchés acceptés et payés par Mme Rinçon
qui était menée. La prévenue se devait d’être suppléée par son
avocate, lorsque lui était posé des questions précises sur des
marchés supérieurs à 40 000 euros et qui n’auraient pas valu
d’appel d’offre ou encore des devis postérieurs à la…