«Les voix des Outremer» : Le prix d’encouragement décerné au jeune guadeloupéen Angérick William

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

La finale nationale de la sixième édition du concours Voix des Outremer s’est déroulé le vendredi 23 février dans l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille, à Paris. 

Le concours “les Voix des Outre-mer” a été imaginé par le chanteur lyrique martiniquais Fabrice di Falco et Julien Leleu, président de l’association Les Contres Courants, avec l’objectif de rendre visibles la richesse et la diversité des voix d’Outre-mer et promouvoir le chant lyrique.

Fabrice di Falco et Juliien Leleu
• AJ

Aujourd’hui à sa 6ème édition, ce concours permet de donner un véritable coup de projecteur sur les plus belles voix de Guyane, Martinique, Réunion, Guadeloupe et tout autre territoire ultra-marin, les faisant découvrir sur la scène nationale de l’Opéra. 

Fabrice di Falco apprécie la qualité des propositions artistiques des candidats, “nous avons eu des candidats exceptionnels. 11 candidats superbes. Ils ont bien travaillé, bien suivi tout ce que nous leur avons demandé, moi et mon équipe. Je suis content pour eux. Ils ont réalisé leur passion, leur transmission Je leur dit bravo“.

Parmi les 11 finalistes, c’est la candidate représentant Saint-Barthélemy qui remporte le concours de chants lyriques. 

Winona Berry, mezzo-soprano Saint-Barthélemy, vainqueur du Grand prix Voix des Outre-mer 2024 
 
• AJ

Angérick William, âgé de 20 ans, a reçu le prix d’encouragement des 15 membres du jury, composé d’artistes et de professionnels du milieu. 

Originaire du Gosier, ce jeune contre-ténor a grandit dans une famille de musicien. Jean, son grand-père, est saxophoniste, Christaine, sa mère, joue au piano et sa tante chante.

Dès l’âge de 2 ans, le petit garçon de l’époque s’intéresse à la musique, notamment à la batterie. Il évolue ensuite avec le gospel, puis, vers l’âge de 15 ans, il s’intéresse à la musique classique, avec la volonté d’intégrer le conservatoire. Mais il ne trouve pas de formation véritablement adaptée en Gadeloupe:

Nous n’avons pas d’institution de musique, ni de conservatoire. Mais, grâce aux voix des Outre-mer, je suis là parmi vous et j’ai eu le prix d’encouragement, qui est important pour moi. C’est un graal qui me dit de continuer et d’y aller à fond », avance le jeune prodige, avant de poursuivre “Il faut avoir du mental pour chanter de l’Opéra”.

le jeune Angérick entouré de sa famille 
• AJ

Entre rigueur et détermination.

Sur la scène de l’opéra Bastille, avec les encouragements de sa mère, le jeune Angérick a porté haut son île.

Avant cette prestation pour la finale du concours, le jeune homme a répété plusieurs jours avec Fabrice Di Falco, chanteur lyrique martiniquais, co-organisateur de la compétition. Angérick a donc mis à profit son accompagnement pour s’adapter à sa nouvelle voix de contre-ténor. Sur scène, ce samedi, il a fait vibrer le public et a touché les membres du jury, présidé par Richard Martet, directeur des rédactions d’Opéra Magazine.

Les membres du jury de l’édition 2024

Je me suis découvert moi-même lors de cette édition. Ma voix de contre-ténor, ma voix de tête, c’est cette voix qui m’a permis d’arriver jusque-là“, avance Angérick, qui chante souvent pour son premier fan, Youki, son chien, avec qui il dort. « Il se met à aboyer et me regarde quand je chante. Maintenant, il sera ravi de m’entendre à la maison et aboiera quand je ferai mes vocalises ».

Un hommage

Ce vendredi, à Paris, Angérick a interprété une parodie de Georg Friedrich Haendel, un cpompositeur allemand. Il a chanté pour son ami, Valérie, qu’il a perdu en quittant la Guadeloupe pour Paris. “J’ai chanté pour un ami qui est décédé quand je suis arrivé sur Paris», explique-t-il.                                                                                                              Le public a exprimé son admiration pour le jeune chanteur. Christiane William, sa mère l’a félicité, “il a été formidable. J’ai bien supporté pour mon fils! C’est un enfant qui aime chanter depuis tout petit. Dès l’âge de deux ans, il a commencé sa voix. Aujourd’hui, ça me fait chaud au cœur de voir mon fils remporter ce prix d’encouragement. Je ne m’y attendais pas. Les autres candidats étaient bien calés. Je dis merci et bravo à Angerick ».

Kareen Guiock Thuram, journaliste, présentatrice et chroniqueuse, qui travaille essentiellement avec la chaîne M6, est aussi chanteuse de jazz. Elle était membre du jury de cette dernière édition du concours “les Voix des Outre-mer” et a été touchée par les prestations:

Il y a eu beaucoup d’émotion. C’est très fort d’assister à l’émergence d’artistes qui racontent leur talent, qui racontent une passion. Le chant lyrique n’est pas ce qui est le plus spontané et naturel dans les Outre-mer. C’est un engagement qui compte. Je trouve que c’est vraiment très fort. C’était une très belle promotion.»