L’habitation Beauséjour dévoile son passé et… son nouveau rhum

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, le public qui avait effectué le déplacement jusqu’à Grand-Rivière a eu la possibilité de visiter l’habitation Beauséjour. L’occasion de découvrir une nouvelle marque de rhum en Martinique : le Rhum HBS.

L’habitation Beauséjour est située à l’entrée de la commune de Grand-Rivière. Il s’agit d’une exploitation agricole de 60 ha qui domine le bourg de la commune. Sur cette exploitation agricole, se trouve un domaine où ont toujours résidé les différents propriétaires. A l’occasion des JEP, le domaine privé a exceptionnellement ouvert ses portes au public qui a découvert sa richesse culturelle. Le site a appartenu notamment au sénateur Amédée Knigth qui l’a vendu à la famille de Lucy qui en est l’actuelle propriétaire. Ce domaine a conservé intactes les traces de l’histoire de la Martinique. Il existe une grande terrasse entourée d’un très grand jardin où l’on peut trouver de nombreux arbres fruitiers comme des manguiers deux fois centenaires, des cacaoyers ou de la noix de muscade.

Pratiquement au centre de cette terrasse, se trouvent trois pavillons qui servent de maison d’accueil, de bureaux. L’espace accueille aussi l’habitation principale de l’actuel propriétaire. Le tout est complété par une cuisine, un garage et un bassin. On y trouve également, en contrebas, 6 maisonnettes où logent des ouvriers de l’habitation et des retraités ; plus loin, un grand espace est consacré aux ateliers ou hangars. Ces derniers ont servi au fonctionnement d’une sucrerie, puis d’une distillerie qui a fermé ses portes en 1958. On y a ensuite conditionné de la banane. Depuis deux ans, une distillerie y a ouvert ses portes.

La canne de retour

Sur cette exploitation agricole, différents végétaux ont été cultivés au fil des ans : indigo,  cacao, canne à sucre, banane. Depuis 2007, la canne à sucre est de retour sur l’exploitation. La production de 52 ha est vendue à la distillerie Saint-James et, depuis trois années, 8 hectares sont consacrés à la production d’un rhum commercialisé sous l’appellation « Rhum HBS ». Il s’agit d’une production très artisanale. « Une tonne de cannes coupée à la main y est broyée tous les jours », expliquent les responsables de l’exploitation. La récolte s’effectue durant toute l’année sur des parcelles non mécanisables. La canne est broyée par un petit moulin d’origine brésilienne. Après fermentation, le vin de canne issu du jus est distillé dans un alambic. 

La production de rhum est d’environ 100 bouteilles par jour. Le « Rhum HBS » est une production de niche que l’on peut trouver chez des cavistes. Une infime partie est exportée vers l’hexagone ; il s’agit de rhum blanc. La marque s’est aussi lancée depuis 2 ans dans la production de rhum vieux, breuvage qui sera disponible dans plusieurs années.

Trois ouvriers sont affectés à cette tâche ; il en manque un 4ème. Brice, le distillateur, lance d’ailleurs un vibrant appel. Il recherche de toute urgence un ouvrier afin d’étoffer son équipe.

L’habitation ouvrait exceptionnellement ses portes à l’occasion des journées du patrimoine.

– MAA

Beauséjour

– Brigitte Laxalt