L’Ukraine «perdra la guerre» contre l’invasion russe sans aide américaine, avertit Zelensky

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a averti dimanche que son pays perdrait la guerre si l’aide américaine attendue de 60 milliards de dollars restait bloquée au Congrès, au moment où la Russie accroît sa pression dans l’est du pays.

“Si le Congrès n’aide pas l’Ukraine, l’Ukraine perdra la guerre”, a déclaré sur un ton grave M. Zelensky lors d’un échange en visioconférence avec des ambassadeurs de la plateforme de levée de fond du gouvernement ukrainien, United24.

“Sans le soutien du Congrès, il nous sera difficile de gagner, voire de survivre” en tant que pays, a-t-il insisté, selon une vidéo de son intervention diffusée sur ses réseaux sociaux.

“Si l’Ukraine perd la guerre, d’autres Etats seront attaqués”, a encore mis en garde le président ukrainien, estimant que la Russie, qui a envahi l’Etat voisin en février 2022, agiterait alors la menace nucléaire pour effrayer les sociétés occidentales.

Le programme américain d’assistance militaire et économique à Kiev, d’un montant de 60 milliards de dollars (55,3 Mds EUR) est bloqué au Congrès depuis l’année dernière du fait des divisions entre démocrates et républicains, alors que se profile la présidentielle en novembre prochain. 

Son adoption est suspendue au bon vouloir des partisans de l’ancien président Donald Trump, qui refusent d’examiner en l’état le texte, en raison d’un différend sur la régulation de l’immigration aux Etats-Unis.

Le Congrès recommence à siéger lundi après des vacances de printemps.

Kiev réclame depuis des mois à ses alliés occidentaux davantage de munitions et de systèmes de défense aérienne.

En attendant une décision, les soldats ukrainiens sont contraints d’économiser leurs munitions et font face à une armée russe en confiance, qui a repoussé une contre-offensive d’ampleur de l’armée de Kiev à l’été 2023.

Routes logistiques menacées

L’armée russe, plus nombreuse et mieux fournie en munitions, pousse petit à petit sur le front est, et frappe régulièrement ces dernières semaines les infrastructures énergétiques de l’Ukraine, plongeant des milliers de civils dans le noir.

L’armée ukrainienne a ainsi reconnu dimanche que la situation autour de Tchassiv Iar, une petite ville située au sud-est de l’important nœud ferroviaire et logistique ukrainien de Kramatorsk était “difficile et tendue”.

Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clef dans le Donbass ukrainien se trouvant désormais “sous un feu constant”, selon Kiev.

L’armée russe “utilise l’infanterie avec le soutien de véhicules blindés de combat”, appuyés par “des avions d’assaut”, a déclaré à la télévision ukrainienne Oleg Kalachnikov, le porte-parole d’une brigade engagée dans les combats sur place.

“Mais toutes leurs attaques ont été repoussées”, a-t-il affirmé.

Vendredi, les autorités locales installées par Moscou avaient annoncé que l’armée russe progressait vers Tchassiv Iar.

La chaîne Telegram DeepState, proche de l’armée ukrainienne, avait rapporté que des soldats russes étaient à la périphérie de la ville.

S’il s’empare de Tchassiv Iar, “l’ennemi pourra également menacer nos routes logistiques”, a souligné Oleg Kalachnikov. 

Des bombardements russes ont par ailleurs fait trois morts dans la région méridionale de Zaporijjia et un à Koupiansk, dans l’est, selon les autorités ukrainiennes.

La Russie a de son côté affirmé que des drones ukrainiens avaient attaqué, faisant trois blessés, la centrale nucléaire de Zaporijjia dont elle a le contrôle depuis le début de son invasion en février 2022 et qui fait depuis lors l’objet d’accusations réciproques entre Russes et Ukrainiens.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a indiqué, sans confirmer, avoir été informée par la partie russe “qu’un drone avait explosé sur le site ce jour”, et a appelé une nouvelle fois les parties à la retenue.

La Russie a aussi affirmé avoir détruit 15 drones ukrainiens au-dessus de ses régions frontalières de Belgorod et de Briansk, désormais fréquemment bombardées par les Ukrainiens. 

Une jeune fille y a été tuée quand a été touchée la voiture dans laquelle elle se trouvait avec cinq autres personnes, toutes blessées, a indiqué le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

bur/lpt/fjb

Le cratère laissé par une frappe de missiles russes devant un centre commercial détruit à Kharkiv, est de l’Ukraine, le 6 avril 2024
• SERGEY BOBOK

Carte des zones contrôlées par les forces ukrainiennes et russes en Ukraine au 4 avril 2024 à 19h GMT
• Valentin RAKOVSKY

Des soldats ukrainiens tirent au mortier lors d’un entraînement avec des militaires français en Pologne, le 4 avril 2024
• Wojtek Radwanski