Mondiaux de biathlon: un final en apothéose pour Justine Braisaz-Bouchet et les Bleues en mass start

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Grâce à un tir parfait et maîtrisé, Justine Braisaz-Bouchet est devenue championne du monde de la mass start dimanche après-midi à Nove Mesto, pour un feu d’artifice final des Bleues avec Lou Jeanmonnot sur le podium, Julia Simon quatrième et Quentin Fillon Maillet en bronze chez les hommes.

Au coeur des Monts de Bohème-Moravie, les biathlètes françaises Julia Simon, Justine Braisaz-Bouchet et Lou Jeanmonnot ont réalisé une véritable razzia.

Ces trois filles, entraînées par Cyril Burdet (physique) et Jean-Paul Giachino (tir), ont décroché huit médailles individuelles sur douze en jeu, grâce à un collectif d’une densité jamais connue. Et, cerise sur le gâteau, le titre sur le relais féminin est également tombé dans l’escarcelle tricolore pour la première fois de l’histoire en Championnats du monde.

Cette démonstration collective, cumulée à des podiums en relais mixte, mixte simple et masculin et à la médaille de bronze de Quentin Fillon Maillet sur la mass start pour finir ces Mondiaux, permet à la France de totaliser treize médailles dont six titres, améliorant son meilleur total remontant aux Mondiaux-2016 à Oslo (onze médailles, dont six titres, le relais mixte simple n’était pas au programme).

Dimanche, sur un pas de tir plus calme que samedi pour le relais, et sous un soleil resplendissant qui a fait monter le mercure à 8 degrés, Justine Braisaz-Bouchet a blanchi ses vingt cibles.

Biathlète la plus rapide, elle a progressivement creusé son avance sur le reste des partantes, pour s’offrir comme Julia Simon sur la poursuite et le relais féminin, un dernier tour de célébration.

“Juste après le dernier tir, j’avais un large sourire parce que je savais qu’il y avait un écart avec Lisa, Lou et Julia. Je suis extrêmement fière de ce que j’ai réalisé”, a commenté la nouvelle championne du monde, après sa course.

“JBB” a été accueillie par tout le staff français en haut de la dernière montée par une ola, avant de franchir la ligne d’arrivée devant l’Italienne Lisa Vittozzi et Lou Jeanmonnot.

Retour de pause maternité

La mass start, la course qui réunit les meilleures sur un départ groupé avec quatre passages sur le pas de tir, est la spécialité de la biathlète des Saisies qui avait décroché l’or aux Jeux olympiques de Pékin en 2022, dans le pas de tir venté de Zhangjiakou.

Après avoir terminé la saison 2022, elle avait fait une pause maternité lors de la saison 2022/23, pour donner naissance à sa fille Côme en février 2023. Pour préparer sa saison 2023/24, elle partait à vélo en tirant derrière elle une petite remorque dans laquelle se trouvait sa fille.

Car assez rapidement, elle avait en tête la reprise sur le circuit international à l’automne 2023. Et son début de saison, après deux premières étapes à Östersund (Suède) et Hochfilzen (Autriche) un peu en retrait, a ensuite ressemblé à un conte de fées.

A cheval entre 2023 et 2024, et sur deux étapes, elle a enchaîné quatre succès en Suisse à Lenzerheide (sprint, poursuite, mass start) et en Allemagne à Oberhof (sprint) pour prendre la tête de la Coupe du monde. Et après un mois de janvier ralenti par des virus en tous genres, elle est revenue à un niveau impressionnant en République tchèque.

“Justine est partie en pause maternité en étant déjà redoutable sur les skis. Là, le gros changement chez elle, c’est son côté technique et musculaire. C’est impressionnant”, a estimé Frédéric Jean, entraîneur de l’équipe de France féminine jusqu’en 2022 et consultant pour la chaîne L’Equipe.

Avec cinq médailles dont trois titres (mass start, relais, et relais mixte), Justine Braisaz-Bouchet a dominé les Mondiaux-2024 avec Julia Simon, qui compte une médaille d’or en plus (sprint, poursuite, relais et relais mixte), et a manqué le grand chelem dimanche (quatrième).

De son côté, Lou Jeanmonnot va rentrer de République tchèque avec quatre médailles. 

L’affaire qui oppose Braisaz-Bouchet et Simon sur le plan judiciaire (deux plaintes déposées contre Simon, dont une par Braisaz-Bouchet, pour fraude à la carte bancaire, une plainte contre X déposée par Simon pour usurpation d’identité), semble très loin.

tba/fby

(de gauche à droite) La biathlète italienne Lisa Vittozzi, deuxième, la Française Justine Braisaz-Bouchet, première, et la Française Lou Jeanmonnot, troisième, sur le podium de la mass start féminine des Mondiaux de biathlon de Nove Mesto, République Tchèque, le 18 février 2024
• Joe Klamar

La biathlète française Justine Braisaz-Bouchet lors de sa victoire sur la mass start des Mondiaux de biathlon de Nove Mesto, République Tchèque, le 18 février 2024
• Michal Cizek