Nos droits acquis sont-ils menacés ?

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

BASSE-TERRE

De gauche à droite : Yvor Lapinard, journaliste de France-Antilles- ; Yanetti Paisley, maire adjoint et vice-pdte du CCAS de Basse-Terre ; Robert Procida, modérateur, président de l’association BTCG ; Hélène Migerel, psychanalyste et docteure en sciences humaines ; Evelyne Démocrite, avocate. Marie-Luce Penchard, invitée en tant qu’intervenante, était absente. • FL.B

Il est des questions dont les réponses semblent évidentes, à l’instar de la thématique « Nos droits acquis sont-ils menacés ? » proposée mercredi soir à l’ex-antenne de la CCI-IG, par l’association Basse-Terre côté boulevard Guadeloupe (BCBG). Avocat, psychanalyste, président d’association et journaliste avaient été invités à répondre.

Il apparaît que diverses propositions d’adaptation
des lois pointent la fragilité de nos droits considérés comme
acquis selon le modérateur Robert Procida. Il n’y a rien de
surprenant que la problématique de l’eau sous nos latitudes soit
revenue quasiment en pole position des propos de certains
intervenants, à l’instar de Me Evelyne Démocrite, avocate. Ou
encore pour Hélène Migerel, « l’accès à l’eau est un droit
fondamental, et il est bafoué ici dans toute sa dimension. Depuis
des années, on a parlé de fuites, de tuyaux à installer, il y a un
budget qui s’est évaporé… » Les intervenants ne sont pas
allés de mains mortes.

Yanetti Paisley, maire-adjoint et
vice-présidente du CCAS de Basse-Terre

« Considérant la population que nous traitons
au quotidien sur la ville de Basse-Terre,…