« Nous demandons une contre-autopsie »

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Maître Freddy Brillon, avocat au barreau de Paris et un des trois avocats de la famille Cornet 

Propos recueillis par Richard Garnier [email protected]

Suite au décès le 21 mars dernier de Cédric Cornet, la procureure de la République de Pointe-à-Pitre favorisait la thèse de la mort accidentelle ou naturelle de l’ancien-maire du Gosier. Au terme d’une rencontre avec les avocats et la famille du défunt-maire, organisée hier matin par Caroline Calbo, on apprend que les avocats de l’ex-chef d’édilité (maître Grillon, maître Vérité Djimi et maître Gérald Coralie) portent plainte pour assassinat.

Qu’est-ce qui vous a poussé à
porter plainte ?

Nous avons quelque peu été gênés par
le compte-rendu que le procureur nous a fait. Nous avons eu
l’impression que c’était une réunion pour nous convaincre de ne pas
poursuivre sur la voie de la manifestation de la vérité. Aucune de
nos questions n’a trouvé de réponse. Par exemple, pourquoi dans le
rapport d’autopsie, Monsieur Cornet est présenté comme quelqu’un
d’obèse, pesant 103 kilos. On nous a répondu qu’il devait s’agir
d’une erreur d’inadvertance. C’est un médecin qui est sorti de
l’école il y a 4 ans qui a pratiqué cet examen de son cadavre.

Avez-vous eu des précisions sur la
première thèse avancée d’emblée par les autorités judiciaires,
plaidant pour une mort accidentelle ou naturelle, contrairement à
vos suspicions de crime ?

Nous n’avons eu aucun
éclaircissement là-dessus. Nous avons certes enfin pu voir une
photo de Monsieur Cornet sur les lieux du crime. C’est ce que nous
pensons puisque nous avons déposé hier matin une…