Pour Pâques, le pape appelle à «ne pas céder à la logique des armes»

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

De l’Ukraine à Gaza, le pape François s’est livré dimanche à un vaste tour d’horizon des conflits dans le monde, renouvelant son appel à “ne pas céder à la logique des armes” lors de son message de Pâques au Vatican.

“Ne laissons pas les hostilités en cours continuer à toucher gravement la population civile qui est maintenant épuisée, surtout les enfants. Combien de souffrance nous voyons dans leurs yeux. Par leurs regards ils nous demandent : pourquoi ? Pourquoi tant de morts ? Pourquoi tant de destructions ?”, a-t-il lancé lors de sa bénédiction “Urbi et Orbi” (“à la ville et au monde”).

“La guerre est toujours une absurdité et une défaite ! Ne laissons pas les vents de la guerre souffler toujours plus fort sur l’Europe et sur la Méditerranée. Ne cédons pas à la logique des armes et du réarmement”, a ajouté le pape argentin.

Citant plus d’une dizaine de pays, du Moyen-Orient (Liban, Syrie) à l’Afrique (Soudan, Mozambique et République démocratique du Congo) en passant par Haïti, la Birmanie et le “dialogue” entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, Jorge Bergoglio a passé en revue de nombreux conflits qui agitent le monde.

Au moment où doit débuter un nouveau cycle de négociations pour une trêve entre Israël et le Hamas, il a renouvelé son appel à la libération des otages israéliens et à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

François a invité les responsables politiques à “ne ménager aucun effort pour lutter contre le fléau de la traite des êtres humains, en travaillant sans relâche pour démanteler les réseaux d’exploitation et rendre la liberté à ceux qui en sont les victimes.”

Le pape de 87 ans a également exhorté à “un échange général de tous les prisonniers entre la Russie et l’Ukraine”, une phrase applaudie par les 60.000 fidèles massés sur la place Saint-Pierre.