« Prendre l’avion est un luxe que nous ne pouvons plus nous permettre »

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Par Joanne BLANC
[email protected]

Voyager en avion ou en bateau pour rejoindre la Martinique ? Aujourd’hui cette question est un véritable dilemme. • SHUTTERSTOCK

Pour vous rendre en Martinique, préférez-vous prendre l’avion ou le bateau ? Avec le début des grandes vacances, les voyages entre les îles sœurs deviennent plus fréquents. Pour beaucoup d’entre vous, ce qui était avant une simple étape, est aujourd’hui l’origine d’un gouffre dans le porte-monnaie. 

Laurence 42 ans, cadre à la banque

« Lorsqu’il s’agit de se rendre en Martinique
depuis la Guadeloupe, mon mari et moi avons toujours choisi
l’avion. Avec nos deux enfants de 6 et 9 ans, c’était la meilleure
solution, plus simple, plus rapide et beaucoup moins fastidieux que
la traversée en bateau. Mais, avec l’augmentation de la vie et nos
salaires qui forcément, eux, ne bougent pas, prendre l’avion est un
luxe que nous ne pouvons plus nous permettre. Je ne veux pas faire
de comparaison entre les différentes compagnies aériennes mais
aujourd’hui, le prix d’un billet d’avion entre la Guadeloupe et la
Martinique est plus cher qu’un aller-retour Paris/ Miami ou Paris/
New York ! Je n’arrive pas à comprendre comment les personnes à la
tête de ces compagnies font pour ne pas se rendre compte de la
difficulté des gens aujourd’hui. C’est comme s’ils s’en fichaient
et qu’ils préféraient l’argent à l’humain. Nous vivons dans une
drôle de société ».

Jean-Marie 69 ans, artisan 

« Je suis né d’un métissage entre un papa
guadeloupéen et une maman martiniquaise. Avec une femme d’origine
martiniquaise, nos enfants ont toujours pris l’habitude de rendre
visite à la famille qu’ils soient en Guadeloupe ou en Martinique.
Aujourd’hui je n’ai plus la chance d’avoir mes parents et mon
épouse auprès de moi mais j’ai toujours de la famille en
Martinique, du côté du Robert. Depuis tout petit, mes parents m’ont
habitué à rejoindre nos deux familles par bateau. C’était une
sorte…