Quinze ans après, les syndicalistes se souviennent de Jacques Bino

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Par Laurianne NOMEL
[email protected]

Les militants et sympathisants s’étaient rassemblé devant le cimetière de Petit-Canal. • LAURIANNE NOMEL

Quinze ans après sa mort brutale durant le mouvement du LKP en 2009, une cérémonie de commémoration pour le militant syndicaliste Jacques Bino a été organisée au cimetière de Petit-Canal.

«J’en ai pour mémoire un père aimant, un homme
attentif, toujours à l’écoute, toujours disponible. Il était
toujours gentil avec moi. », la gorge serrée, Cédric
Datil-Bino se souvient de son père, Jacques Bino. Si la plupart des
Guadeloupéens gardent en mémoire le militant, Jacques Bino était
également un père et un mari qui a laissé un fils âgé de 8 ans en
2009.

Quinze ans après sa mort, l’ancien syndicaliste
Jacques Bino continue de rassembler au cimetière de Petit-Canal
plusieurs dizaines de personnes s’étaient réunies pour rendre
hommage à celui qui était à la table des négociations lors du
mouvement de 2009. Ce samedi matin commémorait le quinzième
anniversaire de sa mort. Jacques Bino a été tué de criblé de
plusieurs balles dans le corps dans la nuit du 17 au 18 février
2009 dans sa voiture alors qu’il contournait un barrage dans les
rues de Pointe à Pitre. Un meurtre qui reste quinze ans après non
résolue.

Un crime non résolu

« Pour…