Raids israéliens meurtriers à Gaza, nouveau drame lors d’une distribution d’aide

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Des dizaines de Palestiniens ont été tués dans les frappes israéliennes incessantes sur la bande de Gaza dévastée par la guerre, où une distribution de nourriture à des habitants affamés a encore une fois tourné au drame samedi faisant au moins cinq morts.

Face au risque de famine dans le territoire palestinien assiégé où la guerre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas ne connaît aucun répit, une flottille a quitté Chypre en direction de Gaza pour y acheminer 400 tonnes d’aide humanitaire. Une aide qui reste très insuffisante devant les besoins immenses.  

Près de six mois après le début de la guerre déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas contre Israël le 7 octobre, l’armée israélienne a mené de nouveaux raids sur la bande de Gaza faisant au moins 82 morts ces dernières 24 heures, selon le ministère de la Santé du mouvement palestinien. Ce qui porte à 32.705 le bilan total des morts à Gaza d’après le même ministère.

Signe d’une situation désespérée, une distribution de nourriture dans la ville de Gaza (nord) où l’aide arrive très difficilement, a provoqué un chaos durant lequel au moins cinq Palestiniens ont été tués par des tirs et une bousculade, a indiqué un secouriste du Croissant rouge à l’hôpital.

Avant l’aube, des milliers de personnes attendaient l’arrivée des camions d’aide. Des images de l’AFP montrent des camions klaxonnant et avançant pendant que des tirs retentissent. S’ensuivent plusieurs secondes de chaos avec des ambulances sirènes hurlantes tentant de se frayer un chemin.

Selon des témoins, des personnes chargées de superviser la distribution ont tiré en l’air, blessant plusieurs personnes, tandis que des camions ont renversé d’autres. Les témoins évoquent aussi des tirs “nourris” de chars israéliens positionnés à quelques centaines de mètres, sans préciser dans quelle direction ils tiraient.

L’armée israélienne a dit ne pas avoir d’informations sur cet incident.

 “Pas assez d’eau”

“Nous n’avons pas assez de nourriture et d’eau”, a déclaré à l’AFP Amany, 44 ans, une Palestinienne mère de sept enfants dans le camp de Chati à Gaza-Ville. 

Plusieurs distributions d’aides dans cette ville ont tourné au drame depuis février avec plus d’une centaine de morts au total. En début de semaine, 18 Palestiniens ont péri, dont douze noyés en mer, en tentant de récupérer de la nourriture parachutée par des avions. 

Strictement contrôlée par l’armée israélienne qui assiège la bande de Gaza depuis le 9 octobre, l’aide par voie terrestre venant principalement d’Egypte via Rafah, entre au compte-gouttes dans le territoire palestinien.

Un corridor maritime a été ouvert mi-mars entre Chypre et Gaza avec l’arrivée d’un premier bateau d’aide. 

Les agences onusiennes alertent depuis des semaines que la majorité des quelque 2,4 millions d’habitants sont menacés de famine, notamment dans le nord du territoire. Pour elles, seule une ouverture des accès terrestres pour l’acheminement de l’aide peut contribuer à soulager la population.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés de Gaza ont mené une attaque dans le sud d’Israël qui a fait au moins 1.160 morts, essentiellement des civils, selon un décompte de l’AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

D’après Israël, environ 250 personnes ont également été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages dont 34 sont mortes, à Gaza où le Hamas a pris le pouvoir en 2007.

“Ramenez-les à la maison”

Samedi, des milliers d’Israéliens ont de nouveau manifesté à Tel-Aviv pour soutenir les familles des otages qui ont appelé à un rassemblement de masse devant le Parlement à Jérusalem la semaine prochaine. 

“Ramenez-les à la maison maintenant!”, a lancé Shira Elbag, dont la fille de 19 ans, Liri, a été enlevée.

Après le 7 octobre, Israël a juré de détruire le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne, et a lancé une offensive, d’abord aérienne, puis terrestre, à Gaza, ses soldats progressant du nord au sud de la petite bande de terre, jusqu’aux portes de Rafah.

Combats près d’hôpitaux

En attendant un nouveau cycle de négociations indirectes entre Israël et le Hamas via les médiateurs internationaux en vue d’une trêve, l’armée israélienne poursuit ses opérations à Gaza.

Samedi, elle a frappé des dizaines de cibles dans le centre de Gaza, dont certaines ont visé des habitations selon les autorités du Hamas.

L’armée, qui accuse les combattants du Hamas de se cacher dans les hôpitaux, a annoncé avoir tué plusieurs combattants, dont un chef du mouvement palestinien, au 13e jour de son opération dans le complexe hospitalier al-Chifa à Gaza-Ville.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 100 patients et 50 personnels de santé seraient encore dans le complexe. “Nous sommes extrêmement inquiets”, a dit sur X son patron Tedros Adhanom Ghebreyesus.

D’après le Hamas, les troupes israéliennes sont également présentes dans les secteurs des hôpitaux de Nasser et Al-Amal à Khan Younès dans le sud.

Plus au sud, à Rafah, s’entassent 1,5 million de Palestiniens en majorité des déplacés, qui craignent une offensive terrestre israélienne voulue par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Alors que les Etats-Unis s’opposent à cette offensive, l’administration américaine a récemment approuvé le transfert à son allié israélien de bombes et d’avions de combat pour des milliards de dollars, selon le Washington Post qui cite des responsables américains.

bur-vl/tp

Des Palestiniennes utilisent la carcasse d’une voiture pour entreposer leurs ustensiles de cuisine le 30 mars 2024 à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste palestinien Hamas
• MOHAMMED ABED

Départ de Chypre d’un deuxième bateau amenant de l’aide à Gaza
• Etienne TORBEY

Carte montrant les trajets terrestres les plus fréquents pour acheminer de l’aide humanitaire vers la bande de Gaza, après inspection des camions à Nizzana et Kerem Shalom
• Sylvie HUSSON

Des Israéliens posent le 30 mars 2024 avec un baillon et leurs mains ligotées lors d’une manifestation à Tel-Aviv pour réclamer la libération des otages kidnappés lors de l’attaque du mouvement islamiste palestinien en Israël le 7 octobre 2023
• JACK GUEZ

Des tentes de personnes déplacées le 30 mars 2024 à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste palestinien Hamas
• MOHAMMED ABED

Départ de Chypre d’un deuxième bateau amenant de l’aide à Gaza
• Etienne TORBEY

Un Palestinien au milieu des décombres d’un bâtiment après un bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza, le 29 mars 2024
• –